Grand Prix de Hongrie : le baromètre

Lorsque la pluie joue les troubles-fêtes, la procession hongroise se transforme en feu d’artifice, pour le plus grand plaisir de Ricciardo !

En hausse

Daniel Ricciardo (Red Bull) et Fernando Alonso (Ferrari)
Daniel Ricciardo

Daniel Ricciardo

Quel magnifique pilotage de la part de ces deux hommes ! Ils ont réussi à maîtriser les éléments météorologiques puis les fusées Mercedes pour s’installer sur le podium de fort belle manière.

Partis avec des gommes adaptées à la piste mouillée, l’apparition de la voiture de sécurité au neuvième tour avantagea grandement Ricciardo. En effet, il fut le premier à s’arrêter pour monter les pneus slicks, ce qui lui permit de grimper (déjà) à la première place ! Alonso devait patienter un tour de plus pour faire de même, la faute à un mauvais timing de sortie du safety-car. Mais c’est bien ce dernier qui réalisait par la suite une remontée météorique ! L’Espagnol enchaînait les tours qualif’ jusqu’à l’accident de Pérez (Force India, lire par ailleurs). Une nouvelle neutralisation, et Alonso décidait de poursuivre en piste alors que ses rivaux changeaient de pneus ; le voici donc en tête. Un leadership qu’il gardait jusqu’à son dernier arrêt… 33 tours avant le drapeau à damiers ! Un relai exceptionnellement long pour ses pneumatiques médiums. Le double champion du monde a prouvé son habileté au volant d’une Ferrari en manque de performance depuis le début de saison (Niki Lauda, sans langue de bois a émis un avis peu flatteur sur cette monoplace) en préservant une avance constante sur ses adversaires.

Oui mais voilà : même avec la plus grande habileté, les pneus s’usent ! L’avantage d’Alonso disparaissait lentement, et devinez qui était présent dans sa boîte de vitesse ? Daniel Ricciardo ! En optant pour des pneus tendres avec quinze boucles à accomplir, l’Australien ne fit qu’une bouchée du Taureau des Asturies pour reprendre son bien ! Enfin, Alonso défendit chèrement sa place face à Hamilton (Mercedes-AMG), pourtant plus rapide.

On regrettait la fin de carrière de Mark Webber, on ne peut que féliciter Red Bull d’avoir choisi un autre pilote des Antipodes pour le remplacer avec brio. A l’heure de faire le bilan de cette première moitié de saison, Ricciardo est clairement « la » révélation, souvent plus en verve que son illustre équipier Sebastian Vettel (7ème), plus chanceux aussi. Chez les Rouges, on constate encore une fois qu’Alonso se démène avec les moyens dont il dispose, compensant par son talent les faiblesses de sa F14 T. Au championnat, ces deux pilotes sont devant leurs équipiers respectifs (Ricciardo 3ème, Alonso 4ème).

Lewis Hamilton (Mercedes-AMG) et Kimi Räikkönen (Ferrari)

Les deux champions du monde ont prouvé qu’il était possible de rattraper une mauvaise qualification à Budapest ! Grâce à la pluie certes, mais cela n’est pas donné à tout le monde. Hamilton s’est joué des conditions précaires pour effacer la cruelle désillusion de sa Mercedes en proie aux flammes le samedi. Parti des stands, et malgré un tête-à-queue deux virages plus loin, il s’est permis le luxe de finir devant le poleman Nico Rosberg (Mercedes-AMG, 4ème). La tension était néanmoins à son comble lorsque l’Allemand, avec une stratégie décalée, tentait de dépasser l’Anglais dans les derniers hectomètres. Peine perdue, car Hamilton, qui aurait pû viser la victoire avec une attaque plus mordante sur Alonso, a fermé la porte. La mission impossible annoncée la veille a été finalement accomplie au-delà des espérances : Lewis est revenu à onze points de Nico.

Un autre homme en difficulté en essais était Kimi Räikkönen. Le Finlandais avait reçu l’ordre de son team de rester au garage en fin de Q1. Résultat : dix-septième chrono ! Le lendemain, « Iceman » a gardé la tête froide pour lui aussi remonter dans la hiérarchie, jusqu’à la sixième position. Ce résultat va certainement lui faire le plus grand bien, lui qui était sous le feu des critiques après plusieurs erreurs de pilotage. Rappelons que la prochaine manche se déroulera sur le circuit de Spa-Francorchamps, un lieu où Kimi avait signé sa dernière victoire avec la Scuderia en 2009…

En baisse

L’équipe Force India
Sergio Pérez

Sergio Pérez

La belle série de Nico Hülkenberg a pris fin au Hungaroring. Jusqu’à présent, l’Allemand restait sur douze arrivées consécutives dans les points (depuis Austin en 2013). Hélas, un accrochage malencontreux avec son propre équipier Sergio Pérez le força à l’abandon lors des premiers tours. Un peu plus tard, c’est le Mexicain qui commettait une erreur et était contraint à l’abandon : il tapait en effet violemment le mur des stands après avoir mordu l’astroturf gorgé d’eau. Peut-être se voyait-il déjà à Mexico City pour la venue de la F1 en 2015 ? C’est en tout cas le premier résultat blanc de l’écurie indienne cette saison ; heureusement pour eux, McLaren n’a fait guère mieux (voir ci-dessous)…

L’équipe McLaren

Jenson Button avait assurément une belle carte à jouer sur le tourniquet hongrois. La pluie, alliée historique du Britannique (victoires sous les averses en Hongrie en 2006 et 2011) n’a pas aidé les monoplaces chromées, la faute à une stratégie inspirée par de mauvaises prévisions climatiques. En effet, elles prévoyaient le retour de la pluie pendant la course, chose qui n’est jamais arrivée. Button et Magnussen ont opté pour des pneus pluie au premier passage par les stands, alors que le reste du peloton repartait en pneus pour le sec. Button essayait de sauver les apparences en menant brièvement la meute avant de glisser au classement. Au bout des deux heures de course, le vétéran du paddock finissait seulement dixième, deux places devant le débutant danois.

Crédits photos : Getty Images

Publicités

There is one comment

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s