Stephen Roche : « Il va falloir qu’Alberto Contador parte de loin »

GRANDE BOUCLE Quand un ancien auteur du doublé Giro-Tour parle d’un candidat au doublé Giro-Tour qui n’est seulement qu’à mi-parcours.

Culture Sport Stephen Roche

Stephen Roche pose à côté de son totem pour Culture Sport

Il est encore, à ce jour, l’antépénultième coureur à avoir réalisé l’exploit de remporter, durant une même saison, le Giro en Italie ainsi que le Tour de France. Mais ce gars-là a un truc en plus. Il a en effet ajouté un championnat du monde à ce doublé, seul Eddy Merckx à sa grande époque (1974), était parvenu à le faire avant l’Irlandais. Stephen Roche, vainqueur de la Grande Boucle 1987 était présent lors de l’inauguration du Tour des Géant, lundi en fin d’après-midi, à Pau. Nous en avons profité pour lui demander si Alberto Contador pouvait le rejoindre à ce palmarès particulier.

Face à Froome, en montagne, il ne gagnera pas.

Il hoche la tête. De bas en haut. « Je pense qu’il peut me rejoindre. » Stephen Roche a le mérite d’être clair. « À mon avis, Contador sera régulier pendant ce Tour. » Cependant, le père de Nicolas, actuellement sur le Tour dans l’équipe Sky, émet un doute. « Je le vois mal attaquer Christopher Froome dans la montagne. S’il veut prendre du temps, il va falloir qu’il parte de loin, dans la descente par exemple ou dans l’avant-dernier col parce que face à Froome, il ne gagnera pas, enfin ce n’est que mon opinion. D’après moi, demain (mardi), il laissera faire un peu pour voir comment il est face à Froome et Quintana. »

Depuis notre court entretien, le coureur Espagnol a lâché prise. Le lauréat du Tour d’Italie 2015 a concédé plus de 2 ‘51’’ à Chris Froome au sommet de La Pierre-Saint-Martin. C’est beaucoup. Presque trop. Surtout lorsque vient le temps de regarder le classement général. Contador est à quatre minutes d’un Britannique qui s’est littéralement envolé dans cette première arrivée en altitude. Mais hier, le coureur de la Tinkoff-Saxo a terminé dans la roue du Maillot Jaune. L’honneur est sauf. À la nuit tombée, El Pistolero a même pris le temps d’apprécier les quelques bulles de champagne en l’honneur de son équipier Rafal Majka, vainqueur de l’étape à Cauterets, pendant que leur équipier Ivan Basso se faisait opérer à Milan (l’intervention chirurgicale s’est par ailleurs bien passée).

Même si « les jambes vont mieux », Contador, qui a « encore du mal à respirer », réussira-t-il à combler cet énorme retard sur Froome pour s’adjuger une troisième Grande Boucle, un huitième Grand Tour, mais surtout un premier doublé Giro-Tour ?

Nibali, Quintana, Van Garderen…

Voici ce que disait Stephen Roche, lundi, sur deux des quatre grands favoris du Tour et sur un TVG bien en canne dans cette édition 2015. « On avait dit que la première semaine serait une semaine de classiques. Ce qui est bien c’est que les favoris sont encore là même si Vincenzo Nibali est un peu entre-deux et qu’il y a un outsider, Tejay Van Garderen, qui tape à la porte. Désormais, nous arrivons dans le vif du sujet. Même s’il reste encore deux semaines, si Nairo Quintana souhaite monter sur le podium, il va falloir qu’il attaque de bonne heure. S’il attaque dans les derniers kilomètres du dernier col, il ne reprendra jamais assez de temps. »

Nicolas Gréno. Propos recueillis le lundi 13 juillet 2015. Crédit photo : Nicolas Gréno.

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

Laisser un commentaire