Thibaut Pinot, encensé et critiqué

TOUR DE FRANCE. La déconvenue de Thibaut Pinot a mis en lumière une dure vérité : le sportif français ne peut pas perdre.

13532765_1047464822009913_4502003264178842181_n

Les champions français ont la vie dure. C’est bien connu. Le moindre petit grain de sable dans la machine à victoire et les critiques fusent. En concédant près de dix-neuf minutes au leader Chris Froome, Thibaut Pinot en a malheureusement fait les frais.

Les attentes sont grandes auprès des coureurs nationaux. On a tendance à voir en chaque coup d’éclat la relève tant rêvée. Celle d’un Anquetil, d’un Poulidor, d’un Fignon, ou d’un Hinault. Les performances françaises de ces dernières années nourrissent un espoir jusque-là vain. Ramener le maillot jaune à Paris.

La défaillance pyrénéenne a tout chamboulé

Époustouflant cette saison, le leader de la FDJ portait presque seul les ambitions d’une équipe, d’un sport, d’une nation sur le Tour. Sa défaillance dans les Pyrénées a tout chamboulé. Les cartes sont redistribuées. Pinot est désormais cantonné au rang des outsiders. Hors-jeu pour le général. Triste sort.

Alors tout le monde s’improvise entraîneur, directeur sportif. Tous ces pseudo-spécialistes s’essaient à l’analyse, à l’interprétation. Ils auraient mieux fait, sans doute. Ils pointent du doigt un « échec » qu’ils ne font qu’accentuer par des opinions de 140 caractères. Sans fond. Sans construction.

Une carrière ne peut se résumer au Tour

Thibaut Pinot montre tout simplement une fois de plus qu’un cycliste n’est pas une machine. Un cycliste est humain avant tout. Il a un cœur qui bat. Des poumons qui brûlent. Des muscles qui tétanisent. Il a des forces. Mais il a aussi des faiblesses. N’est-ce pas finalement ce côté « humain » qui rend le sportif attachant?

Le talent et le travail d’un athlète ne peuvent être remis en question d’un jour à l’autre. Une carrière cycliste ne peut se résumer au Tour de France. Si la plus grande course au monde ne réussit pas encore* au grimpeur français, son chemin reste encore long sur les routes escarpées du monde entier.

*Il convient tout de même de rappeler le palmarès de Thibaut Pinot sur la Grande Boucle :
2012 : 10ème, vainqueur de la 8ème étape à Porrentruy
2014 : 3ème, vainqueur du maillot blanc de meilleur jeune
2015 : 16ème, vainqueur de la 20ème étape à l’Alpe d’Huez

Eloïse Guillermic (@LeSportJadore)
Crédits photos : Page Facebook officielle de l’Equipe Cycliste FDJ (Nicolas Götz)

Publicités

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s