Audrey Zarif (1/2) : « Je veux être différente des joueuses asiatiques »

TENNIS DE TABLE. Dimanche dernier à Prague, Audrey Zarif remportait le Top 10 européen Juniors réunissant les 10 meilleurs jeunes du continent en 2016. Rencontre avec la pongiste de 18 ans bien déterminée à poursuivre dans la voie de ses débuts.

zarif-2016-4

cultureSPORT : Tu viens tout juste de remporter le Top 10 européen junior, en République-Tchèque. Tu vois ça comme un déclic sur la suite de ta jeune carrière ?

Audrey Zarif : C’était mon dernier top 10 chez les juniors. Donc je suis très contente ! Surtout de l’avoir remporté de cette manière, en battant celle que je perdais tout le temps : Adina Diaconu (n°1 européenne, ROU). Je ne sais pas si c’est un déclic. Mais je n’ai pas fait une très bonne saison l’année dernière, donc ce titre me relance et me motive encore plus ! J’espère que je vais continuer dans cette dynamique.

cultureSPORT : Est-ce que tu revois tes objectifs à la hausse avec ce nouveau statut de meilleure européenne ?

Audrey Zarif : Ils ont toujours été les mêmes ! Pour cette dernière moitié de saison junior, c’est clair que l’objectif numéro 1 ce sont les Mondiaux : y faire un meilleur résultat que l’an passé. Mais surtout de progresser dans mon jeu, et au classement mondial pour espérer me qualifier aux J.O. en 2020 !

cultureSPORT : Actuellement les meilleures pongistes mondiales sont japonaises, chinoises ou coréennes chez les Juniors. Ça te tenterait de découvrir le ping dans un de ces pays asiatiques ?

Audrey Zarif : Au classement, les japonaises sont meilleures que les chinoises. Mais en termes de niveau de jeu, les chinoises sont au-dessus ! En fait elles ne font pas beaucoup de sorties. J’ai déjà fait énormément de stages en Chine, et je suis allée une fois au Japon ! C’est pas ce qui me plait le plus d’aller m’entraîner là-bas, parce que je veux être différente, ne pas leur ressembler ! Je préfère avoir mon propre entrainement.

cultureSPORT : Tu vis en Belgique, tu es licenciée au club de Saint-Quentin, tu vas régulièrement à l’INSEP pour préparer les rendez-vous internationaux… Comment se déroule ta saison-type ?

Audrey Zarif : En début de saison (généralement août, NDLR) ce sont des stages de reprise : d’abord du physique puis du ping. Ensuite rapidement des « open », car il faut préparer les « Europe » Seniors et les « Monde » Juniors en décembre. Entre ces deux compétitions y a des entraînements, mais ce sont des périodes courtes. Donc il n’est pas facile, à cette époque, de faire un vrai travail de fond. De janvier jusqu’à mai c’est davantage entraînements plus compètes (sic). Puis fin de saison, l’événement le plus important : les « Europe » jeune. Donc énormément de stages avec l’équipe de France : ça veut dire moins de temps en Belgique. Puis l’été : les vacances. Trois semaines maxi !

cultureSPORT : Comment tu as fait pour concilier le tennis de table et les études ?

Audrey Zarif : Pendant ce temps de vacances, j’essaye de planifier des cours -je suis au CNED- à la maison avec des profs. C’est très dur car les cours et moi on n’est pas copains (rires) ! Je passe mon Bac en trois ans au lieu de deux pour étaler le programme.

cultureSPORT : Et quand tu seras Senior ?

L’organisation de ma saison va être complètement différente car les objectifs ne seront plus en juin avec les CEJ* ou décembre avec les Mondiaux Juniors. Ce sera surtout pour moi de préparer au mieux les « Europe » Seniors. Donc ma planif (sic) se basera là-dessus.

ZARIF 2016 2.jpg

*Championnats d’Europe Jeunes

Propos recueillis par Thomas Dupleix (@ThomasDupleix)
Crédits photos : European Table Tennis Union (ETTU)

There is one comment

Laisser un commentaire