Ludovic Fabregas (2/2) : « Gagner un Mondial en France, ça serait énorme »

HANDBALL. Championnat du monde. Deuxième opus de notre entretien avec Ludovic Fabregas. Le jeune pivot montpelliérain, qui souhaite participer au Mondial en France, espère également pouvoir disputer les Jeux Olympiques de 2024… à domicile.

Partie 1 : « Ça faisait bizarre de revenir sans une médaille d’or »

culturesport-ludovic-fabregas-rio-2016

Comme chaque année ou presque, les Bleus se sont retrouvés à Capbreton pour se préparer en vue du Mondial… en France. Les Experts, qui quitteront les Landes demain, embrayeront sur deux autres stages : le premier à Toulouse (2-7 janvier), le second à Montpellier (7-9). Deux rencontres amicales face à la Slovénie sont également programmées. « On est vraiment dans une dynamique 100% Mondial, déclarait Ludovic Fabregas dans les colonnes du journal L’Equipe aujourd’hui. On essaie d’être le plus précis, le plus performant possible car le temps presse. D’autant que, avec la compétition en France, on ne veut surtout pas passer à côté. » Le pivot catalan espère intégrer le groupe de seize joueurs qui représentera le pays, sur son territoire. Guillaume Gille et Didier Dinart dévoileront la liste finale le 10 janvier, à la veille du match d’ouverture contre le Brésil.


cultureSPORT : Les performances réalisées jusqu’à maintenant par les Experts mettent-elles la pression à la nouvelle génération ? Les Français sont en demande constante de titres désormais…

Ludovic Fabregas : De la pression ? Peut-être pas. Mais on connait l’exigence de cette équipe. Sur ces dix dernières années, l’équipe de France est la meilleure formation au niveau handball et peut-être même au niveau des sports collectifs. On sait donc qu’il y a aura beaucoup d’exigence. De la pression, il y en aura certainement, comme il pourrait en avoir lors du prochain Mondial. On sait la valeur de cette équipe et l’exigence des supporters français qui ont eu l’habitude que les Bleus ramènent des médailles ou des titres dans les différentes compétitions internationales. J’espère qu’on aura cette exigence-là et cette pression-là dans le futur, nous jeunes joueurs, de manière à rapporter encore des titres au palmarès du hand français.

« Le Mondial ? J’espère y être »

cultureSPORT : Justement, en parlant de futur… Le 13 septembre prochain, le CIO va décider si oui ou non Paris accueillera les Jeux en 2024. Est-ce que tu commences déjà à appréhender cet événement ? Tu auras 28 ans…

Ludovic Fabregas : 2024, c’est encore loin. Mais ça sera une décision qui sera importante pour la France et ses athlètes. Pour certains d’entre nous, on va découvrir en janvier ce qu’est une grosse compétition internationale à domicile. Est-ce que vivre des Jeux à la maison serait encore plus grandiose ? Je n’ai pas forcément d’expérience par rapport à ça, donc je ne peux pas forcément en parler. Mais j’imagine que ça doit être un sacré événement, qui plus est dans son pays. En tout cas, nous serons attentifs à la décision du CIO.

cultureSPORT : Concernant le Mondial en France, avez-vous le sentiment d’être attendus au tournant après une année sans titre (cinquième place à l’Euro, médaille d’argent à Rio) ?

Ludovic Fabregas : J’espère déjà y être. On ne sait pas trop ce qui peut se passer dans les mois à venir. En plus, il y a pas mal de concurrence sur mon poste. Quel que soit le joueur, on a tous envie de participer à ce genre de compétition, de surcroît en France. Depuis un an, on a montré que l’équipe était en progression. L’Euro a été un petit échec, mais avec les raisons qu’on peut connaitre. Les Jeux Olympiques ont été une marche supplémentaire avec une médaille d’argent. Mais comme on n’a pas pu goûter à l’or à Rio, ça serait bien que l’équipe de France retrouve ses anciennes habitudes de titres. Gagner un Mondial en France, ça serait énorme.

cultureSPORT : Thierry Omeyer fête aujourd’hui ses 40 ans (1). Quel regard portes-tu sur sa carrière ?

Ludovic Fabregas : J’avais déjà pu le côtoyer pendant une saison à Montpellier. C’est un très, très grand gardien qui restera dans les livres d’histoire. Je le respecte énormément… Il a le double de mon âge, c’est énorme de le voir à ce niveau. C’est sûr qu’il a beaucoup d’expérience, mais il est toujours aussi performant dans ses prestations en club ou en équipe nationale. C’est vraiment un joueur à part. C’est un nom qu’on n’oubliera jamais, même quand il arrêtera sa carrière.

cultureSPORT : Un dernier petit mot sur votre club. Comment se passe la saison avec Montpellier (2) ?

Ludovic Fabregas : Un peu sur la continuité de la saison dernière, avec beaucoup de temps de jeu en défense et un peu en attaque, où j’apprends encore. C’est bien pour moi d’être dans un club où j’ai pas mal de temps de jeu. Je suis content de mon début de saison, même si ça a été difficile avec l’enchaînement des JO. Je pense qu’il y aura une période plus fructueuse où j’aurais un peu plus de punch au niveau physique. Mais pour l’instant, tout se passe pour le mieux, même en termes de résultats.

(1) Interview réalisée le 2 novembre dernier.
(2) Montpellier est actuellement quatrième de la Lidl StarLigue. Entre-temps, le club héraultais a notamment été battu par le PSG (31-25). Le MHB reste toujours en course en Ligue des Champions (premier dans sa « poule basse »).

Propos recueillis par Nicolas Gréno (@nicolasgrenon.greno@culturesport.net), à l’hôtel Beaumont de Pau (Pyrénées-Atlantiques).

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There is one comment

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s