Ludovic Fabregas (1/2) : « Ça faisait bizarre de revenir sans une médaille d’or »

HANDBALL. Eliminatoires Euro 2018. Ludovic Fabregas (20 ans) a découvert les Jeux Olympiques en août dernier. Médaillé d’argent avec les Experts, il fait partie de cette génération montante sacrée championne du monde 2015 et championne d’Europe en 2014 chez les jeunes.

Partie 2 : « Gagner un Mondial en France, ça serait énorme »

culturesport-ludovic-fabregas

cultureSPORT : Tout d’abord, comment te sens-tu avant d’aborder cette campagne de qualifications pour l’Euro 2018 ?

Ludovic Fabregas : Plutôt bien. Je suis content de retrouver le groupe. On ne s’était plus revu depuis les Jeux. Physiquement, c’est un peu difficile. C’est notamment dû à l’enchaînement des compétitions et des entraînements ainsi qu’aux exigences de mon club. Cependant, j’étais très heureux de revenir à Montpellier. Du coup, mentalement, tout va très bien.

cultureSPORT : Tu as tout gagné chez les jeunes (champion du monde 2015, champion d’Europe 2014). Comment as-tu vécu la défaite en finale des Jeux Olympiques ?

Ludovic Fabregas : En plus, au-delà de l’équipe de France jeunes, j’avais gagné la Coupe de France et la Coupe de la Ligue avec Montpellier… Ça faisait des années assez chargées en titres. Du coup, c’est vrai que ça faisait un peu bizarre de revenir après un été sans une médaille d’or. Après, comme vous le disiez, ça reste une très belle performance, mais il y a cette déception de ne pas l’avoir ramenée. On est quand même conscient que ce résultat est plutôt intéressant.

« J’apprends encore malgré tout, avec tous ces joueurs d’expérience. »

cultureSPORT : Comment t’es-tu intégré à cette équipe qui a tout gagné ? En côtoyant des joueurs expérimentés comme Daniel Narcisse (à côté pendant l’interview), tu as dû prendre des étoiles plein les yeux.

Ludovic Fabregas : Oui c’est sûr ! Ça fait un an que je suis en équipe de France et j’ai déjà beaucoup appris. J’ai été bien encadré, on m’a vraiment guidé lors de mon intégration. On m’a apporté beaucoup de choses que ce soit sur le terrain ou dehors. Les débuts sont un peu délicats. On ne sait pas trop comment gérer l’événement. C’est quand même quelque chose de grand, les arrivées en équipe de France. Cependant, elles peuvent être délicates selon les personnalités. Je me sens de mieux en mieux dans cet effectif. J’ai acquis un peu plus de confiance au niveau de mon club donc forcément, j’en acquiers de plus en plus ici. J’ai créé des liens d’amitié avec pas mal de joueurs. C’est toujours un plaisir de revenir chez les Bleus. J’apprends encore malgré tout, avec tous ces joueurs d’expérience.

cultureSPORT : Que penses-tu de la nouvelle génération qui est en train d’émerger ? Penses-tu que vous pourrez rééditer les performances des Experts ?

Ludovic Fabregas : On a peut-être une génération dorée comme le disaient un peu les journalistes. Maintenant, il y a une grosse différence, un gros fossé même, entre le parcours en équipe de France jeunes et en équipe de France seniors. Je pense qu’on a pas mal de jeunes joueurs de talent. Aujourd’hui, c’est Dika (Mem) et Yanis (Lenne) qui continuent de représenter cette génération. Maintenant, il y a un cap à passer aussi. Beaucoup de jeunes joueurs n’ont pas réussi à franchir ce cap. C’est une étape très importante. Si dans le futur, cette génération est capable de représenter au mieux cette équipe de France, comme les joueurs d’expérience l’ont fait jusqu’à maintenant, ça sera très bien pour le handball français. Mais nous sommes encore dans une phase d’apprentissage. On va essayer d’avancer le plus rapidement possible afin d’apporter un petit plus à cette équipe de France.

Propos recueillis par Nicolas Gréno (@nicolasgrenon.greno@culturesport.net), à l’hôtel Beaumont de Pau (Pyrénées-Atlantiques).

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There is one comment

Laisser un commentaire