Publicités
Basket

Coronavirus : Jordi Bertomeu « espère que cette situation n’affectera pas la saison 2020-2021 »

Le président et directeur général de l’Euroleague a tenu, ce jeudi 16 avril, une conférence de presse virtuelle durant laquelle il a livré les différentes perspectives d’évolution en ce qui concerne les deux principales compétitions de basket du continent, toutes deux suspendues depuis que l’OMS a déclaré la pandémie de Covid-19.

À ce jour, quels sont les différents scénarios de reprise ?

Jordi Bertomeu : Nous sommes absolument contre le fait de jouer en septembre et octobre. Cela aurait un impact et mettrait en péril la saison suivante. Reporter ces matchs en septembre-octobre ne ferait qu’aggraver les problèmes. Les critères d’accès aux ligues, la programmation des matchs, la pré-saison des équipes, les vacances des joueurs : toutes ces choses pourraient être perturbées. Nous écartons donc ce scénario. La dernière date possible pour jouer devrait donc être en fin juillet. Nous voulons terminer dans le format actuel (saison régulière, éliminatoires, final four). Nous avons un protocole qui est prêt : trois jours pour que les joueurs retournent dans leur ville, deux semaines de quarantaine et au moins deux semaines d’entraînement avant la reprise. Nous devons également prévoir que nous ne pourrons peut-être pas conserver le format actuel. Étant une compétition européenne, nous avons plus de contraintes que les ligues nationales. Nous travaillons sur un plan alternatif qui comprend la reprise de la saison régulière dans un pays dont les installations sont prêts pour nos matchs, et probablement le remplacement des éliminatoires par un huitième de finale qui remplacera également le final four. Mais la condition la plus importante sera d’avoir des garanties concernant la santé de nos équipes. Nous travaillons également sur des plans alternatifs pour l’Eurocup de sept jours. C’est moins complexe : il ne reste que huit équipes en place pour les éliminatoires, ce qui indique que si l’Euroleague peut être reprise, il en sera de même pour l’Eurocup. Tout comme pour l’Euroleague, nous travaillons également sur deux scénarios, dont l’un avec un lieu central pour jouer la finale de la compétition.

Qu’en est-il du final four et des spectateurs qui ont déjà acheté leurs billets ?

Jordi Bertomeu : Aujourd’hui, nous pouvons dire une chose qui est évidente : le Final Four ne pourra pas être joué les 22 et 24 mai à Cologne. Il n’est pas certain qu’il pourra être joué plus tard. Nous sommes en contact permanent avec la municipalité et la Lanxess Arena pour trouver d’autres dates. Dans ce contexte, il est évident que nous allons procéder au remboursement de la totalité des sommes versées par ceux qui ont acheté des billets par les canaux officiels, et qu’ils conserveront la priorité pour acheter à nouveau les billets afin que l’événement puisse être joué en présence des fans à une autre date.

Jordi Bertomeu à droite. Crédit photo : site officiel de l’EuroLeague.

Quels seront les critères pour les villes et différent lieux s’il y a des huitièmes de finales ?

Jordi Bertomeu : Il est certain que nous aurons besoin de lieux qui, en ce moment, sont prêtes à jouer les matches de l’EuroLeague en termes d’infrastructure, c’est donc la première restriction. Et deuxièmement, nous devons aussi voir quels marchés ont été les plus touchés par la crise, par le virus. Il est donc impossible d’évaluer cela en ce moment précis. Mais comme je l’ai dit, le plus important est de voir ces conditions en termes de conditions sanitaires pour nos joueurs, puis d’installations et ensuite d’essayer de créer un environnement qui puisse être plus proche de l’environnement normal en termes de sécurité pour toutes nos équipes. Faire cette annonce aujourd’hui est impossible parce qu’il est trop tôt, mais nous travaillons sur différentes alternatives comme je l’ai dit parce que j’ai mentionné que nous travaillons sur le budget, nous travaillons sur toutes ces choses donc bien sûr, nous avons des idées, mais il y a beaucoup, beaucoup d’options en ce moment. Et il est trop tôt pour dire laquelle ou pour commencer à spéculer sur la destination où nous irons pour jouer ces tournois. Nous ne pensons pas à ces perspectives dans une bulle. Nous prenons vraiment en compte ce qui s’est passé dans chacun des pays, donc, comme je l’ai dit, nous suivons l’évolution du virus dans chacun des pays. Donc, si la question porte sur le plan alternatif, nous devons choisir un pays qui peut accueillir ces événements. Bien sûr, comme je l’ai dit, l’un des principaux aspects à prendre en considération est d’évaluer dans quelle mesure le virus a affecté ce pays en particulier, mais pas seulement, si le pays, le marché et la ville sont en mesure de fournir les conditions sanitaires que nous allons demander afin de maintenir tout notre groupe de joueurs, d’entraîneurs, d’arbitres, d’équipes et tout ce groupe de personnes qui, dans ce cas, se déplaceront vers ce marché dans des conditions sûres. C’est donc ce que nous faisons en ce moment. Nous travaillons et discutons avec différentes villes, afin de voir les options et les disponibilités des hôpitaux, par exemple, et nous travaillons aussi sur les budgets et d’autres choses de ce genre.

Quand est-ce qu’allez-vous prendre une décision concernant la saison en cours ?

Jordi Bertomeu : Nous prendrons une décision probablement vers la fin du mois de mai. Mais comme c’est souvent le cas dans ces circonstances, ce calendrier peut être modifié et non reporté. Nous surveillons tous les pays et avons des informations en provenance d’Allemagne qui sont différentes de celles que nous avons en Italie. Nous essayons donc de nous tenir au courant de tout ce qui se passe. Disons que la situation actuelle est très dynamique et qu’il est risqué de faire des prévisions.

Que pouvez-vous nous dire sur la situation actuelle des joueurs ?

Jordi Bertomeu : Je suis convaincu que nous allons compter sur leur complicité. Ils souffrent aussi de ces moments d’incertitude et de difficultés. Je suis certain que leur engagement auprès des supporters est total et je pense qu’ils feront les sacrifices nécessaires pour rendre tout cela possible si nous en avons l’occasion. Par principe, nous n’allons même pas envisager de reprendre les compétitions si nous n’avons pas des garanties à 100 % de la sécurité de nos joueurs, entraîneurs, arbitres et personnes impliquées. La question est donc plutôt de savoir comment les convaincre. Nous partons du principe que les conditions seront réunies. La seule chose que nous pouvons faire est de faire preuve de transparence. Leur offrir la possibilité d’aller avec nous voir comment nous allons organiser cet événement, donc cela fait partie des discussions que nous avons déjà eues avec l’union des joueurs, donc nous ne les impliquerons pas bien sûr dans la décision, parce que la décision appartient aux clubs, mais nous ferons tout notre possible pour qu’ils soient à l’aise avec la décision. Mais pour cela, il y aura une transparence fondamentale. Et nous ferons preuve de transparence à 100% dans les mesures que nous allons prendre au cas où nous pourrions reprendre la compétition. Nous les partagerons toutes avec les joueurs afin de nous assurer qu’ils soient à l’aise avec. Et ce n’est que lorsque cela se produira que nous mettrons tout en oeuvre.

Quel pourrait être l’impact de la crise sur l’économie de la ligue mais aussi sur celle des sponsors et partenaires ?

Jordi Bertomeu : Il est encore trop tôt pour voir comment cela va se terminer et si cela aura un impact significatif sur notre économie. Mais je suis confiant. Toutes les conversations s’inscrivent dans le cadre de la compréhension de la situation et du fait de pouvoir terminer la compétition. En ce qui concerne Turkish Airlines, après dix ans de collaboration, il est clair que le souhait commun est de continuer à travailler ensemble pour les prochaines années. Notre accord a toujours été orienté vers le moyen et le long terme. Pour IMG, nous parlons ensemble tous les jours et partageons la responsabilité de chacun quant à l’impact de cette situation sur nos partenaires.

J’espère que nous allons commencer la saison en jouant avec nos spectateurs.

Jordi Bertomeu

Quid de la prochaine saison ?

Jordi Bertomeu : Je suis optimiste. Comme nous devrons probablement nous adapter aux nouvelles conditions en matière de socialisation, de relations, de fréquentation de lieux ou d’événements à forte fréquentation, les protocoles en termes de sécurité et de conditions sanitaires différeront certainement. J’espère que nous allons commencer la saison en jouant avec nos spectateurs. Si nous ne pouvons pas le faire, nous devrons à nouveau faire preuve de flexibilité et trouver des solutions. Mais j’espère que cette situation se terminera avec la saison 2019-2020 et n’affectera pas la saison 2020-2021.

Communiqué de presse. Crédit photo de la une : site officiel de l’EuroLeague.

Publicités

0 comments on “Coronavirus : Jordi Bertomeu « espère que cette situation n’affectera pas la saison 2020-2021 »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :