Groupe B : Tout reste possible

A l’issue de cette deuxième journée, un suspense totale réside encore dans « le groupe de la mort », même si l’Allemagne semble proche des quarts de finale, et les Pays-Bas près de la sortie. En effet les Allemands ont battu 2-1 les Néerlandais, signant ainsi leur seconde victoire dans le tournoi, synonyme de seconde défaite pour les Bataves. Dans l’autre rencontre les Portugais sont venus à bout des Danois 3-2 dans les dernières minutes, ce qui les relance complètement pour la qualification.

Danemark – Portugal  2/3

Lorsqu’à la 87e Varela propulse le ballon au fond des filets danois, il le sait, il vient d’inscrire le but de la victoire. A 3-2, cette fois, le Danemark ne reviendra plus. Pense-t-il à son face à face raté avec Neuer lors du match contre l’Allemagne ? Peut-être. Ce qui est sûr c’est que cette fois-ci l’attaquant de Porto a fait la différence. Ses coéquipiers ne s’y sont pas trompé : ils lui ont tous sauté dessus pour fêter le but. Un but synonyme de délivrance pour une équipe qui pensait avoir fait le plus dur en menant rapidement 2-0. Les Portugais avaient concrétisé leur domination dès la 24e sur un corner de J.Moutinho que Pepe reprit victorieusement au premier poteau. Puis à la 36e H.Postiga doublait la mise sur un caviar de Nani, très bon mercredi soir. Peu dangereux jusque-là les Danois vont faire preuve de réalisme. Au terme d’une belle action collective Bendtner réduit le score de la tête à la 41e, confirmant son statut de bête noire du Portugal. Ce but est en effet son cinquième inscrit contre cette nation en autant de confrontations. Les équipes rentraient ainsi aux vestiaires sur le score de 2-1. Après la mi-temps les opportunités allaient se succéder pour les deux pays. Côté Danemark à la 62e Kvist vit son missile du pied droit frôler l’équerre de R.Patricio puis dix minutes plus tard Bendtner croisa trop sa tentative. Côté Portugal alors que Veloso voyait son coup-franc boxé par Andersen à la 56e, Ronaldo vendangea deux duels avec le portier nordique : le premier à la 49e où Andersen stoppa sa tentative et le second à la 77e où le joueur du Real ne cadra même pas sa frappe ! Dans le prolongement de cette action, Mikkelsen déborda côté droit et adressa un bon centre vers Bendtner qui ne se fit pas prier pour le transformer en égalisation. Le buteur providentiel venait d’inscrire son vingtième but en sélection à seulement vingt-quatre ans. On voyait mal les Portugais revenir, eux si solidaires en défense qui s’appuyaient sur les contres depuis la reprise… On devinait déjà les gros titres de la presse avec un Bendtner super-héros et un CR7 responsable du désastre. Mais voilà Varela arriva et vous connaissez la suite. Au bout de ce scénario fou le Portugal gagne et prend les trois points. Un final qui aurait pu être tout autre si R.Meireles s’était fait expulsé à la 28e pour avoir intercepté de la main un ballon destiné à Bendtner qui filait droit au but… Ou encore si Schöne avait concrétisé l’ultime occasion danoise à la 93e… Mais on ne refera pas l’histoire.

Composition des deux équipes

Danemark : Andersen, Kjaer, Agger (c), Jacobsen, Silberbauer, Zimling (rp Poulsen 16e), Eriksen, Kvist, Rommedahl (rp Mikkelsen 60e), Bendtner et Krohn-Dehli (rp Schöne 90e).

Entraineur : M. Olsen

Portugal : R.Patricio, Pepe, J.Pereira, Bruno Alves, Coentrao, Nani (rp Rolando 89e), Raul Meireles (rp Varela 84e), J.Moutinho, M.Veloso, Cristiano Ronaldo (c) et H.Postiga (rp N.Oliveira 64e).

Entraineur : P. Bento

Buts : Pepe (24e), H.Postiga (36e) et Varela (87e) pour le Portugal. Bendtner (41e et 79e) pour le Danemark.

Gomez vient de frapper fort en inscrivant un doublé contre les Pays-Bas.

Pays-Bas – Allemagne  1/2

Mercredi les Allemands se sont offerts un deuxième trophée à leur tableau de chasse : après le Portugal ce sont les Pays-Bas qui sont tombés. Stekelenburg a eu beau s’employer, il n’a rien pu faire face à « Super Mario ». Le gardien batave peut se consoler en se disant que rien ne semble pouvoir arrêter le buteur allemand en ce moment. En première période Gomez a tout simplement été monstrueux. Impliqué dans le jeu, il est surtout décisif. A la 24e il offrit aux spectateurs un régal de contrôle orienté dans la surface enchainé d’un beau plat du pied. But. A la 38e il conclut une excellente construction en triangle d’une frappe croisée pure du droit. Encore But. Voilà comment l’Allemagne mène 2-0 à la pause, grâce à un doublé de Gomez sur deux passes décisives du stratège Schweinsteiger. Un score qui aurait pu être encore plus sévère sans un poteau capricieux de Ozil à la 8e ou sans les parades du gardien néerlandais devant Badstuber (37e) et Schweinsteiger (45e+2). Mises à part des occasions de Van Persie (7e) et Robben (26e) les Oranje sont mauvais, il n’y a rien à tirer du jeu hollandais. A la mi-temps le sélectionneur batave change tout ou presque. Huntelaar et Van der Vaart font leur apparition pour remplacer Afellay, transparent et Van Bommel, capitaine naufragé. Des changements associés au passage en 4-4-2 qui vont s’avérer judicieux. Les Pays-Bas jouent mieux et la Mannschaft baisse de rythme. Van Persie (57e) puis Sneijder (62e) se créent tour à tour des occasions franches. Enfin Van Persie à la 73e redonne espoir aux siens en réduisant le score d’une superbe frappe. Récupérant le ballon aux vingt-cinq mètres, il se retourne et accélère avant de déclencher son tir à l’entrée de la surface, ne laissant aucune chance à Neuer. Les Allemands, même s’ils avaient baissé le pied vont faire le dos rond et résister au forcing néerlandais. Après s’être créé une belle occasion en début de seconde période par Hummels, ils auront même la dernière opportunité franche du match, par l’intermédiaire de Klose. A la 89e, en bon renard l’attaquant germanique a réussi à contrer la relance du gardien hollandais, dont le contrôle était trop long, mais le ballon mourra lentement à côté du poteau gauche… Les hommes de Low ont réussi à gérer la révolte néerlandaise et s’impose une nouvelle fois dans cet Euro. Avec ce genre de performances collectives et individuelles les Allemands assument leur statuts de favoris de la compétition. Quant à eux les Néerlandais, grâce au règlement, conservent un espoir de qualification malgré leur deux défaites. Il faudra pour cela vaincre les Portugais dimanche et croiser les doigts pour une défaite du Danemark.

Composition des deux équipes

Allemagne : Neuer, Lahm (c), Hummels, Boateng, Badstuber, Schweinsteiger, Ozil (rp Kroos 81e), Khedira, Müller (rp Bender 90e), Podolski et Gomez (rp Klose 72e).

Entraineur : J. Löw

Pays-Bas : Stekelenburg, Mathijsen, Willems, Heitinga, Van der Wiel, de Jong, Van Bommel (c) (rp Van der Vaart 46e), Sneijder, Afellay (rp Huntelaar 46e), Robben (rp Kuyt 83e) et Van Persie.

Entraineur : B. Van Marwjik

Buts : Gomez (24e et 38e) pour l’Allemagne et Van Persie (73e) pour les Pays-Bas.

Forte de ses deux victoires l’Allemagne est en tête du groupe avec 6 points. Pour autant elle n’est pas mathématiquement qualifiée. Une défaite par au moins deux buts d’écart contre le Danemark combinée à une victoire du Portugal sur les Pays-Bas l’éliminerait au profit des Danois et des Portugais. A l’opposé les Néerlandais bons derniers avec 0 point ne sont pas encore éliminés. Une victoire par au moins deux buts d’écarts sur le Portugal associée à une victoire de l’Allemagne sur le Danemark les qualifierait aux côtés de la Mannschaft. Pour tout doute je vous mets en lien le règlement : http://eurofoot2012.fr/championnat/reglement.php. Mais avant de sortir les calculettes il faut jouer ! Et à ce rythme l’Allemagne semble bien partie pour se qualifier et terminer première du groupe. La rencontre Pays-Bas / Portugal s’annonce elle décisive. Rendez-vous dimanche soir pour le dénouement !

Crédit Photos : AFP

Laisser un commentaire