Tour de France : Tops/Flops #6

LES TOPS

                                      

Andre Greipel : Et de deux pour le Gorille ! L’Allemand remporte sa deuxième victoire en deux jours, et cette fois-ci, domine Mark Cavendish, son meilleur ennemi. En profitant d’un travail remarquable de ses coéquipiers. Même si ceux-ci avait dû mener la chasse derrière l’échappée, et que Greg Henderson s’était écarté un peu tôt,  le sprinteur allemand a réussi à prendre la roue de Goss et Dumoulin qui avaient lancé le sprint. A ce moment, il était encore à la lutte avec Cavendish, mais le sprinter de l’équipe Sky n’a pas réussi à passer et Greipel s’est imposé en costaud.

Samuel Dumoulin : Le petit sprinteur de la Cofidis est en forme. A l’attaque hier, il profite aujourd’hui d’un léger faux plat montant pour se mêler à la lutte pour la victoire d’étape. En se plaçant dans la bonne roue, celle de Matthew Goss, il s’est retrouvé en deuxième position à 150m de l’arrivée. Son gabarit incomparable à celui des « bêtes » du sprint, lui a fait manquer de puissance au moment du dernier coup de rein. Il prend tout de même la quatrième place juste devant le champion du Monde, Mark Cavedish.

L’échappée : Les quatre hommes partis dans les premiers hectomètres de l’étape, ont été la première échappée à croire à la victoire d’étape. L’entente entre Mathieu Ladagnous, premier attaquant et décoré de la combativité, Pablo Urtasun, Jan Ghyselinck et Julien Simon a été bonne durant les 196 kilomètres de l’étape. Et pourtant, avec seulement 2’20 » d’avance à 38km de l’arrivée, cela paraissait juste pour la victoire. Mais les échappés avait bien géré leur effort et ont accélérée le rythme dans les derniers kilomètres. Mais leur collaboration s’est arrêté à 1.5 km du but, avec l’attaque de Ghyselinck . Les hommes de tête se sont légèrement désorganisés, et les derniers rescapés, Urtasun et Ladagnous ont été revus à 500 mètres de la ligne.

LES FLOPS

                                                                    

Mark Cavendish : Le champion du monde a déçu sur cette étape plate. Il termine cinquième, devancé par son ennemi Andre Greipel. Mais il est a également été battu par  un autre de ses anciens coéquipiers, Matthew Goss, par l’Argentin Haedo, et par Samuel Dumoulin. Autant de monde devant lui sur une étape de plaine, on avait rarement vu ça sur le Tour !

Tyler Farrar et Tom Veelers : Zéro pointé pour les deux sprinteurs. Placé dans les 20 premières positions à 3 kilomètres de l’arrivée ils jouent des coudes, s’appuient l’un sur l’autre, se poussent. Et  ce qui devait arriver arrive : Farrar, déséquilibré,  tombe et provoque une chute massive dans le peloton. reipel y échappe de justesse et part gagné l’étape. Le maillot ver, Peter Sagan a moins de chance et roule sur le trottoir. Farrar, râpé sur tout le corps et blessé au poignet, est le plus touché. A la fin de l’étape, une altercation éclatera entre les deux hommes qui ont envoyé tout le peloton à terre. Mauvaise publicité pour le Tour, pas arrangée par les affaires du début de journée.

Laisser un commentaire