Grand Prix d’Italie : Hamilton et Alonso, duo gagnant !

Après une manche belge fort mouvementée, les pilotes de Formule 1 se retrouvent dans le temple de la vitesse, Monza ! Grâce à ses interminables lignes droites, les monoplaces atteignent des vitesses déraisonnables (349 km/h l’an dernier avec Perez) et l’allure moyenne durant la course est de 240 km/h. Les as du volant sont transcendés par ce tracé mythique : Vettel (Red Bull) y avait décroché sa première victoire en 2008 et Alonso (Ferrari) avait déclenché la ferveur des tifosi en 2010…

Une nouvelle fois,  ce sont les pilotes McLaren qui monopolisent la première ligne, avec Hamilton et Button dans cet ordre. Felipe Massa (Ferrari) a palié la contre-performance de son équipier Alonso (dixième) en se qualifiant troisième. Le départ voit justement le Brésilien passer Button et l’Espagnol faire un bond en avant puisqu’il double trois voitures. Le double champion du monde est déchaîné : au septième tour, le voici cinquième après son dépassement sur Schumacher (Mercedes-AMG). Peu après, Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) est victime d’un problème mécanique est effectue un tête-à-queue au bout de la ligne droite des stands ! Heureusement, plus de peur que de mal.

Tandis qu’Hamilton s’échappe en tête, son compatriote Button arrive à bout de Massa au dix-neuvième passage. Deux tours plus tard, Vettel et Alonso passent par les stands. L’Allemand garde l’avantage de peu mais le pilote Ferrari ne s’avoue pas vaincu. En effet, lors de la vingt-sixième boucle, il tente de le doubler par l’extérieur dans la courbe Biassono. Or, la Red Bull protège sa trajectoire et envoie la Ferrari dans l’herbe ! Alonso fait part de son mécontentement à la radio, la FIA décide quant à elle de pénaliser Vettel d’un drive through. L’Allemand se retrouve donc aux prises avec son équipier Webber pour la huitième position.

Nouveau coup de théâtre : Jenson Button est arrêté au bord de la piste ! L’Anglais, victime d’une pompe à essence défectueuse, doit se résoudre à l’abandon au trente-quatrième passage. Un retirement qui ravit la Scuderia : Massa, désormais second, voit fondre un bolide rouge dans ses rétros. Grâce à la stratégie d’équipe, le Brésilien cède sa place à son leader dans l’optique de marquer le plus de points au championnat.

Avec sa stratégie décalée à un seul pit-stop, Sergio Perez (Sauber) est l’invité suprise de cette fin de course ! A l’instar de la Malaisie et du Canada, sa gestion des pneus pour le moins économe lui permet de revenir à pas de géant sur les hommes de tête ! Raïkkönen (Lotus), Massa et Alonso ne peuvent que s’incliner face à la Sauber. Perez ne peut rattrapper Hamilton mais enregistrera néanmoins son troisième podium de la saison.

Le chemin de croix des Red Bull prend fin dans les dernières minutes de course. Vettel stoppe brutalement sa machine sur ordre de son ingénieur piste à cinq tours du but, alors que Webber effectue un dérapage qui le mènera à l’abandon (pneus trop endommagés) ! Quelle cruelle désillusion pour Christian Horner (directeur de l’équipe), qui ne pouvait que regarder tout cela les yeux embués. Les Red Bull ont perdu de précieux points, un week-end comme celui-ci ne doit pas se reproduire s’ils veulent défendre leurs titres.

Sous le drapeau à damiers, on fait les comptes ! Hamilton gagne pour la troisième fois en 2012. Perez est second, devant Alonso et Massa. Raïkkönen, malgré une course difficile, franchit la ligne au cinquième rang. Au championnat pilotes, Alonso garde une avance de trente-sept points sur son dauphin mais Hamilton (2ème), Raïkkönen (3ème), Vettel (4ème) et Webber (5ème) se tiennent en dix unités ! Red Bull reste leader du côté des constructeurs avec vingt-neuf points d’avance sur McLaren.

Singapour accueillera de nuit la prochaine manche de Formule 1 dans deux semaines !

Crédit photos : site officiel du championnat du Monde de Formule 1

Retrouvez l’actu F1 avec notre partenaire Sport Auto et par le biais de son journaliste Thibault Larue, via son blogA partir de 20 heures, vous pourrez également télécharger le numéro 14 de l’iMagF1.

Crédit photos : site officiel du championnat du Monde de Formule 1

Laisser un commentaire