Matthieu Péché : « Quatrièmes aux JO, sur le coup, ça fait mal »

Près de deux semaines après la fin des Jeux Olympiques de Londres, et un jour avant la cérémonie d’ouverture des Jeux Paralympiques, nous avions interrogé Matthieu Péché, jeune céiste Français. A 24 ans, il participait à sa première Olympiade en compagnie de son comparse Gauthier Klauss. Pour Culture Sport, Matthieu a accepté de tenir un carnet de bord. Pour ce premier numéro, il revient sur sa saison 2012 alors que 2013 se profile déjà à l’horizon.

Quel bilan tirez-vous de votre saison 2012 ?
L’objectif de l’année était les Jeux Olympiques. Depuis 2009, année de notre arrivée sur Pau, notre projet a été de participer aux JO de Londres. Nous avons donc tout construit et mis en oeuvre pour être au top le jour J. Mais cela passait par les piges (sélections) Françaises à Pau. Chose vraiment bien négociée car nous avons gagné les deux premières courses d’entrée (sur trois au total), ce qui nous a permis de décrocher nos billets pour la capitale Britannique. Le second pic de forme était prévu pour les Jeux, et toutes les courses entre devaient être des courses de réglage, de mise au point (championnats d’Europe, deux manches de Coupe du Monde). Au final, le résultat est ce qu’il est : quatrièmes. Sur le coup, ça fait mal. Toujours en ce moment d’ailleurs, car les Jeux sont un rêve, un aboutissement après tant d’années de travail, donc rien que d’y avoir participé, c’est une chose énorme. Mais en tant que sportifs, cela ne nous suffit pas. On voulait une médaille. On voulait la médaille d’or.

Quels sont vos objectifs pour 2013 ? Maintenant c’est repos ? Que faites-vous en ce moment ?
Pour 2013, on retombe dans une saison « classique » avec des championnats d’Europe (à Cracovie), un circuit Coupe du Monde et des championnats du Monde (à Prague en septembre). Mais avant de retomber dans le kayak, nous devons valider nos études (Master 2 à l’ESC Pau) et pour cela il nous faut faire un stage en entreprise. Personnellement, je suis à Paris chez Coca-Cola et Gauthier est à Épinal à la BPLC (Banque Populaire Lorraine Champagne, ndlr). Ensuite nous devrons passer le TOEIC et faire un mémoire de recherche. Nous avons donc posé la pagaie pour trois mois le temps de finir notre stage mais nous restons tout de même dans une préparation physique (musculation, escalade, footing, etc).

Vous avez suivi les Jeux Paralympiques, un petit mot sur ces Jeux ?
Les Paralympiques ? Nous les avons suivis principalement via Maxime Thomas qui participait au tournoi de tennis de table (en classe 4-5, il est d’ailleurs médaillé de bronze en équipe, ndlr), car il est dans la « Team BPLC » avec nous et Julien Absalon. J’ai trouvé que c’était de beaux Jeux, mais je trouve dommage que nous ne soyons pas plus « mélangés » avec les Paralympiques afin d’échanger.

Un petit mot sur l’élection de Tony Estanguet au CIO (Comité International Olympique). Vous êtes confiants, ça va le faire pour de bon cette fois ?
Tony n’est pas encore élu au CIO, il attend toujours la décision, mais j’espère qu’il y sera afin d’avoir un oeil sur l’avenir du canoë-kayak aux Jeux.

Vous étiez aux côtés de Tony à Pau, lors de sa fête organisée par la mairie ?
Lors de la soirée de Tony dans sa ville natale, nous avions nous aussi une fête ainsi qu’une rencontre avec le maire de notre ville, à Épinal !

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac’ @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l’UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There are 2 comments

Laisser un commentaire