Cyclisme

Cyclisme, le peloton 2013 (partie 2/9)

Astana (Kazakhstan) & Blanco Pro Cycling (Pays-Bas)

Alors que certains coureurs ont dĂ©jĂ  enfourchĂ© leur vĂ©lo du cĂŽtĂ© de l’Australie, d’autres prĂ©parent bien au chaud la saison Ă  venir. Pas de Jeux olympiques cette annĂ©e, mais de nombreux enjeux : quels seront les prochaines Ă©closions ? Quels sont les objectifs des coureurs ? Existent-ils des tensions internes ? A quoi ressemblera le peloton-version 2013 ? Culture Sport fait le point durant ce mois de janvier.

Astana : un vent de fraßcheur italien

astana-2013

C’est contradictoire : les Ă©quipes italiennes sont dans le creux de la vague tandis que les coureurs transalpins retrouvent des couleurs. L’explication est simple : ces derniers fuguent vers l’étranger et Astana en est le meilleur exemple. L’équipe anciennement dirigĂ©e par Martinelli a toujours frĂ©quentĂ© les Italiens. Mais cette annĂ©e, c’est un vĂ©ritable raz-de-marĂ©e qui vient inonder le paysage kazakh : avec la chute de Liquigas, Nibali et sa garde rapprochĂ©e vient trouver l’asile chez Astana. Le nouveau patron, Alexandre Vinokourov, veut plus. Kreuziger qui n’a jamais percĂ© n’est plus membre de l’effectif. Vincenzo Nibali se concentrera lĂ  oĂč le TchĂšque a Ă©choué : le Giro. Comme un symbole, l’équipe consacre sa saison Ă  la course au maillot rose. Brajkovic fera ce qu’il peut sur le Tour, tandis que Gasparotto et Iglinskiy voudront rĂ©Ă©diter leur exploit en Ardennes. La tĂąche s’annonce complexe car l’effet de surprise n’y sera plus. A moins que ce soit ce diable de Requin de Messine qui sorte du chapeau. Le tacticien Vinokourov, qui dirigera par l’intermĂ©diaire des oreillettes, sait comment s’y prendre comme en atteste son succĂšs sur la Doyenne 2010, profitant de la pancarte de Contador. L’IbĂšre Ă©tait son Ă©quipier Ă  l’époque. Du cĂŽtĂ© des sprints, Astana veut briller sur un terrain qui ne lui a jamais convenu. Pour y parvenir, elle fait confiance Ă  Andrea Guardini, un jeune
 Italien ! Lequel s’est payĂ© la tĂȘte de l’ogre Cavendish sur une Ă©tape du Giro. Le stratĂšge kazakh dispose Ă©galement du Danois Fuglsang. Lequel tentera de gravir l’échelon manquant vers les sommets. Et puis il sera intĂ©ressant d’observer l’évolution des jeunes Aru, Huffman, et d’une traditionnelle cuvĂ©e de Kazakhs, emmenĂ©e par le champion du monde espoir : Alexey Lutsenko. Ils apprendront aux cĂŽtĂ©s des valeurs sures de la maison : le rouleur Kessiakoff et du valeureux Tiralongo
 encore un Italien !

Blanco Pro Cycling : une page blanche

blanco_pro_cycling_team_foto

Les affaires de dopage ont prĂ©cipitĂ© la chute de Rabobank. BĂątie sur les ruines de la lĂ©gendaire Ă©quipe, le nouveau nom de la structure affiche un nom explicite : Blanco. Comme pour marquer le renouveau, la formation veut repartie d’une « toile vierge ». Le staff et les coureurs sont passĂ©s au filtre, pour repartir sur des bases solides. Plus que jamais soutenue par la fĂ©dĂ©ration nĂ©erlandaise, Blanco conserve sa philosophie formatrice. Le grimpeur Goos et le sprinteur Hofland sont promus. Le dernier citĂ©, champion national chez les espoirs, ressemble comme deux gouttes d’eau Ă  Freire, l’ancien leader. En 2013, Kelderman devra continuer sur sa lancĂ©e, notamment sur le Giro.  Il apprendra calmement, tout en prenant de l’ampleur au fil des courses. Gesink, Kruijswijk et Mollema sont averti : il faudra se redresser sinon ce jeune grimpeur pourrait devenir l’unique leader Ă  l’avenir. En attendant, Blanco visera essentiellement le Giro avec Gesink et sa garde rapprochĂ©e. Mollema fera son possible en juillet, mĂȘme si ce sera plutĂŽt Luis Leon Sanchez qu’il faudra surveiller. L’Espagnol, spĂ©cialiste des Ă©chappĂ©es sur la Grande Boucle, y gagne chaque annĂ©e une Ă©tape, sauvant le bilan de sa formation. Sur sa lancĂ©e, il tentera un troisiĂšme succĂšs Ă  San Sebastian. Dans les Ardennes, Mollema a convaincu, mĂȘme si le soutient de Nordhaug ne sera pas de refus. Sur les pavĂ©s flandriens, le nouveau tandem Boom/Vanmarcke sera difficile Ă  dĂ©jouer, tandis que le train de ThĂ©o Bos s’est renforcĂ© Ă  l’intersaison. Bref, Blanco sera sur tous les fronts, sans pour autant avoir l’assurance d’y exceller. La saison 2013 pourrait ressembler Ă  la prĂ©cĂ©dente, dans l’attente d’un avenir prometteur


À propos Julien Detroz

Conseiller de rĂ©daction Culture Sport Journaliste Culture Sport cyclisme Journaliste en cyclisme Sudpresse Journaliste sportif La Meuse Namur Journaliste sportif MAtĂ©lĂ© Facebook: Julien Detroz Twitter: @juliendetroz Admirateur de Rodrigo Beenkens. AffamĂ© de sport et fervent suiveur du cyclisme. Journaliste qui n'hĂ©site pas Ă  mouiller le maillot, sur un vĂ©lo. Croque la vie Ă  pleine dent. « Fais de ta vie un rĂȘve et d'un rĂȘve, une rĂ©alitĂ©. »

0 comments on “Cyclisme, le peloton 2013 (partie 2/9)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :