Julien Desprès : « Effacer ma déception de l’an dernier »

Julien Desprès 2011

Julien Desprès, médaillé de bronze en quatre de pointe sans barreur (avec Dorian Mortelette, Germain Chardin et Benjamin Rondeau) aux Jeux Olympiques de Pékin, en 2008, avait comme objectif, légitime, de disputer les JO de Londres. Hélas, le rameur de l’Aviron Bayonnais n’est pas parvenu à se qualifier. Il a vécu l’édition 2012 depuis la cabine commentateurs en compagnie de Patrick Montel. Le champion du Monde 2010 (toujours en quatre de pointe sans barreur) revient pour Culture Sport, dans ce premier carnet, sur son année 2012, ponctuée malgré tout de médailles nationales, et sur ses objectifs 2013.

Que retenez-vous de votre saison 2012 ?
J’ai tout donné, à l’entrainement, en compétition, mais l’alchimie nécessaire à la construction de grandes performances n’y était pas. Nous n’avons pas su rendre notre aventure irréfutable et la fédération nous a ballotté aux grès des vagues jusqu’à changer un de mes coéquipiers une semaine avant la régate de qualification. 2012, c’est aussi de jolies réussites, comme avec le club lors des championnats de France où nous sommes allés, de nouveau, chercher une médaille en huit (avec barreur, ndlr) au bout du suspens ou quand nous sommes allés chercher, au pied levé, deux médailles à Piediluco en Italie (cette régate servait de sélection en quatre sans barreur messieurs, ndlr) et ce que nous pensions être sélectionnés nous… Au final, peut-être que j’ai fait passer mon exigence personnelle avant même le plaisir de la performance !

Comment avez-vous vécu le fait de ne pas aller aux Jeux Olympiques en tant que sportif mais en tant que consultant ?
L’expérience de consultant a été très sympa ! Faire découvrir ma passion, des athlètes exceptionnels, retranscrire une émotion et une passion des spectateurs… Ça a été un bon moment, l’occasion de voir les Jeux d’une façon complètement différente, de profiter d’une organisation parfaite et des disciplines que je connaissais peu comme le beach-volley, le waterpolo ou le cyclisme sur piste grâce à mon accréditation média. Evidemment l’objectif était d’y participer comme athlète, et quand on s’entraîne deux fois par jour dans des conditions pas toujours idéales et qu’on s’y consacre de manière entière, j’étais frustré de ne pas connaitre cette pression, ces moments d’une telle intensité.

Le fait d’avoir commenté sur France Télévisions, vous donne une idée pour votre après carrière ?
L’expérience de commentateur est intéressante et c’est vrai que cela représente quelque chose de partager sa passion, mais, de même que pour un athlète, l’aviron n’est pas suffisamment médiatisé pour y penser. Et puis j’aime trop mon métier à Cofely Services dans le domaine de la maîtrise énergétique !

Quelles sont les performances et les hommes/femmes qui vous ont le plus marqué l’an passé ?
En 2012, mes amis néo-zélandais du deux sans barreur (Eric Murray et Hamish Bond, ndlr), invaincus sur l’Olympiade, venaient d’une autre planète et il n’y avait rien à espérer de mieux pour mes anciens coéquipiers Dodo et Germain (Mortelette-Chardin) qui finissent en argent. Énorme !
J’ai beaucoup aimé la fraîcheur des judokas Automne Pavia et Ugo Legrand, en bronze tous les deux à quelques minutes d’intervalle, aux cotés de la maîtrise de Lucie Décosse et Teddy Riner. Pour les très grosses perfs, je pense à Tony Estanguet et le relais français 4×100 en natation.

Julien Desprès

Quels sont vos objectifs pour 2013 ?
Effacer ma déception de l’an dernier en retrouvant le plus haut niveau. Je pars pour la Coupe du Monde de Sydney à la fin du mois de mars. Il y aura ensuite les championnats de France en avril à partir desquels la fédération fera ses choix éventuellement conciliables avec mes objectifs professionnels. Et puis il y a le club aussi avec de beaux défis à relever au sein d’une équipe de talent.

Et la petite question de fin : ça fait quoi d’avoir le même nom d’un quintuple vainqueur du Dakar ? On vous confonds souvent non ? A vous deux, les Despres ont quand même un sacré palmarès !
Je ne suis pas fan de sports mécaniques et je préfère les sports nature et d’équipe !

Crédit photos : Sud Ouest, Facebook de Julien Desprès

Publicités

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s