Un hiver diabolique

51d2e672357028fef4ed4f64

Derrière la vague de ferveur entourant la success story des Diables rouges se cachait une inquiétude. « Cachait », car l’imparfait est de mise : avant le mercato, plusieurs joueurs importants souffraient d’un cruel manque de temps de jeu. Mais l’hiver a redistribué les cartes et provoqué quelques problèmes de luxe…

L’arbre qui cache la forêt

C’était le 11 octobre 2013. L’équipe nationale fêtait sa qualification pour la Coupe du monde, douze ans après l’avoir boudé. Le jeu proposé par les Belges frôlait la perfection avec des joueurs doués et surtout affûtés. Pourtant, au lendemain de la célébration, la tendance s’est dangereusement inversée. Fellaini éprouvait des difficultés à s’acclimater à Old Trafford, Benteke se blessait, Pocognoli et Defour perdaient la confiance de leurs entraîneurs respectifs, Vermaelen chauffait la banquette d’Arsenal malgré son brassard de capitaine et surtout Kevin De Bruyne déchaînait les chroniques en étant écarté du groupe de Chelsea. Les plus optimistes relativisaient, convaincu que le talent suffirait pour continuer la belle série en cours. Mais l’inquiétude s’est répandue lorsque les deux confrontations amicales ont débouché sur des défaites. La première, face à Colombie, était compréhensible avec un Falcao intenable. Mais la seconde est impardonnable : le Japon a marqué par trois fois. Il fallait impérativement réagir. D’autant que les joueurs en manque de rythme s’accumulaient et l’infirmerie affichait complète. Le sélectionneur, Marc Wilmots, n’a pas manqué l’occasion d’interpeller les joueurs concernés via la presse. Ceux-ci ont, pour la plupart, appliqué la consigne à la lettre. D’autres entrevoient un avenir favorable, aidés par la chance.

Des transferts bienvenus

Le mercato a donc permis aux joueurs lésés de changer d’air. Kevin De Bruyne s’est extirpé de Chelsea, aidé par Klaus Allofs, son ancien directeur sportif qu’il côtoyait au Werder Brême. Lequel, encadrant le groupe de Wolfsburg, a sollicité sa direction pour acquérir le feu-follet limbourgeois en réalisant le plus gros transfert historique du club avec un montant avoisinant les vingt-deux millions d’euros. L’hiver a été propice également à Christian Benteke qui a retrouvé le chemin des filets. Pocognoli retrouve du temps de jeu depuis que son entraîneur s’est vu remercié par Hanovre. Et puis il y a Radja Nainggolan. Le Belge, Indonésien d’origine, avait beau exceller avec Cagliari dans le Calcio, le statut modeste du club sarde empêchait la médiatisation de son talent. Mais depuis son transfert à la Roma, le jeune médian a pris une nouvelle dimension. Titulaire dès son premier match dans une équipe bien rodée, il pose un problème de luxe à Marc Wilmots : Nainggolan n’a que très peu joué en qualification pour le mondial, barré par Fellaini et Defour. Ce dernier, peu sollicité à Porto voyait son ticket pour le Brésil s’envoler. C’était jusqu’à ce lundi 27 janvier. Lucho, le milieu de terrain du club portugais a choisi l’argent qatari d’Al Rayan pour céder sa place à son réserviste belge.

Problème de luxe

De quoi relancer la concurrence dans l’entrejeu national. Les places y seront chères et la présence de l’expérimenté Timmy Simons n’est plus une certitude. Le sélectionneur devrait se contenter de Van Buyten pour transmettre l’expérience de la Coupe du monde. Car l’effectif est jeune. À l’heure où le marché des transferts va se clôturer, l’équipe nationale a retrouvé sa dynamique : certes, Vermaelen n’a pas quitté Arsenal, mais la défense tient la route. Seul l’arrière droit laisse perplexe. Alderweireld peut-il contenir un Christiano Ronaldo en huitième de finale ? Gillet, qui a perdu de sa verve, ne joue plus à ce poste à Anderlecht tandis que les jeunes Vermijl et Cavanda sont un peu tendres. Quant à Van Den Borre, son irrégularité fait défaut à ce poste. Toutefois, les tirs cadrés à l’encontre des Diables rouges seront difficilement concrétisés. Thibaut Courtois ne cesse d’évoluer, en atteste son pénalty arrêté le week-end dernier. Le bloc défensif peut voir venir tandis que Lukaku assure en attaque, alimenté par Mirallas, aussi bien avec le maillot national que celui d’Everton. Mertens, monte en puissance au Napoli, comme Dembelé à Tottenham. Et puis comment éviter les Hazard ? Thorgan, récent Soulier d’Or, illumine le championnat belge et Zulte-Waregem lui doit ses résultats exceptionnels. Quant à son frère Eden, flamboyant avec Chelsea, il est considéré par certains comme le meilleur joueur d’Angleterre, avant d’être le prochain Ballon d’Or ?

Crédit photo: AFP

Publicités

About Julien Detroz

Conseiller de rédaction Culture Sport Journaliste Culture Sport cyclisme Journaliste en cyclisme Sudpresse Journaliste sportif La Meuse Namur Journaliste sportif MAtélé Facebook: Julien Detroz Twitter: @juliendetroz Admirateur de Rodrigo Beenkens. Affamé de sport et fervent suiveur du cyclisme. Journaliste qui n'hésite pas à mouiller le maillot, sur un vélo. Croque la vie à pleine dent. « Fais de ta vie un rêve et d'un rêve, une réalité. »

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s