Il venait pour « s’amuser »

1013486_10151908804056027_263030752_nIl n’avait rien à perdre et il a tout gagné. Et dire que Zdenek Stybar se tâtait encore jeudi quant à sa participation aux championnats du monde de cyclo-cross. Finalement, le Tchèque s’est présenté au départ et à la surprise générale, c’est lui qui a ravi la tunique irisée. Retour sur une course improbable.

Parce que le circuit est proche de son domicile

Rares sont les apparitions de Zdenek Stybar dans les labourés de cet intersaison. La star tchèque snobe la discipline depuis deux hivers dans l’optique d’être compétitif lors de la campagne flandrienne. Toutefois, Styby n’en a pas pourtant oublié ses amours pour la boue. Alors, au concours d’un accord éphémère de son employeur, le pensionnaire d’Omega Pharma-Quick Step a reçu l’autorisation de prendre part à la manche du Bpost Trofee se déroulant dans son village d’Essen, de disputer la victoire sur la modeste épreuve de Bredene et… de représenter sa nation à l’occasion du mondial d’Hoogerheide, non loin de son domicile. Le Tchèque a d’abord effectué quelques tours du nouveau circuit – tracé par Adrie Van Der Poel – avant de donner son aval au sélectionneur. Celui-ci n’a pas hésité à engager Stybar, lequel a chipé le rôle de leader à son compatriote Martin Bina, vainqueur de la dernière manche de la Coupe du monde disputée dans la localité brabançonne en 2013. Mais Stybar prévient : « je viens ici pour m’amuser » et sans doute pour évaluer la forme à quelques jours de la reprise routière.

Patienter, ce n’est pas amusant

Au moment du départ, Stybar, situé en second plan sur la grille, tente vaille que vaille de se frayer un chemin en tête de peloton. Alors que Mourey cherche à s’isoler à l’avant, Styby pointe au-delà de la dixième position. Mais il n’a guère perdu de sa technique : les passages boueux lui sont favorables et accroche par ailleurs le bon wagon en compagnie du coureur français, de Van der Haar et de Sven Nys. Ce dernier sera son plus coriace adversaire. Mourey paie sa débauche d’effort dans le premier tour tandis que le jeune néerlandais enchaîne les erreurs, sous la pression de ses nombreux et exigeants supporters. L’épreuve se mue en une course d’influence où Sven Nys se méfie de son rival. Il sait que Stybar excelle au sprint et il est préférable de s’en débarrasser au plus vite. Mais l’adversaire s’en moque. Plutôt que de patienter en suçant la roue du Belge, il choisit l’attaque. Il s’amuse. Ses offensives sur l’asphalte et surtout dans la boue laissent penser que l’OPQS sera l’homme à battre sur le prochain Paris-Roubaix.

Le bourreau des Belges

Mais passé la mi-course, Stybar prend conscience qu’il est dans un grand jour et qu’un enjeu inattendu s’offre à lui. Son unique apparition aux côtés de Nys, à Essen, était prometteuse mais révélait un manque d’endurance dans le dernier quart d’heure. Alors, intelligemment, le Tchèque laisse travailler un Nys qui prend conscience de la difficulté à éliminer son poursuivant. La petite butte qui favorise le protégé de Trek-AA Drink ne suffit pas à faire la différence. Pas même la chute de Stybar ! Car le suspense tient jusqu’au bout : on croit que Nys profite de la malchance du Tchèque pour ravir son troisième sacre mais le champion belge tombe également ! Tout est à recommencer. Et Stybar se sent fort, très fort. Il porte l’estocade dans les derniers hectomètres et profite de la maladresse nerveuse de Nys pour conquérir sa troisième couronne mondiale. Wilfried Peeters, son directeur sportif, n’en croit pas ses yeux en bord de route. Stybar offre un des plus beaux maillots distinctifs à sa formation sans vraiment l’avoir voulu. Scénario improbable à Hoogerheide. Le nouveau champion du monde passe la ligne sous les huées des supporters flamands, dégoûtés de sa prestation. Messieurs, sachez que Stybar défendra certainement son titre l’an prochain. Et ce sera à Tabor… en République Tchèque.

Consultez notre guide cycliste 2014 ici.

Crédit photo : Facebook de Zdenek Stybar

Publicités

About Julien Detroz

Conseiller de rédaction Culture Sport Journaliste Culture Sport cyclisme Journaliste en cyclisme Sudpresse Journaliste sportif La Meuse Namur Journaliste sportif MAtélé Facebook: Julien Detroz Twitter: @juliendetroz Admirateur de Rodrigo Beenkens. Affamé de sport et fervent suiveur du cyclisme. Journaliste qui n'hésite pas à mouiller le maillot, sur un vélo. Croque la vie à pleine dent. « Fais de ta vie un rêve et d'un rêve, une réalité. »

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s