Lauriane Lissar : « Le rugby à VII est très exigeant, c’est un sport extrême »

JEUX OLYMPIQUES. Rugby à VII. Alors que Rio s’apprête à célébrer l’ouverture de ses Jeux, Lauriane Lissar sera sur les terrains dès demain. Le tournoi de rugby à VII sonne le grand retour du ballon ovale aux JO depuis 1924. La Bayonnaise, réserviste, aura donc le privilège de participer à cette renaissance. Entretien à quelques heures de son entrée dans la compétition.

cultureSPORT JO Rio 2016 Lauriane Lissar

cultureSPORT : Lauriane, comment ça se passe pour vous à Rio ? Quelle est l’ambiance sur place ? Le village olympique est-il conforme à vos attentes ?

Lauriane Lissar : Ça se passe très bien, nous avons pris nos marques dans le village. Je suis impatiente que le tournoi commence. L’ambiance au village ? C’est particulier. C’est une ville où on se côtoie tous ! On nous avait préparées à ce que ça allait être, juste avant notre arrivée. On savait donc à quoi nous attendre. Mais d’y être, c’est encore plus dingue !

cultureSPORT : Est-ce qu’on se sent en sécurité dans la deuxième plus grande ville du Brésil ? Le dispositif mis en place est-il voyant ?

Lauriane Lissar : Effectivement, on se sent très en sécurité. Des militaires et des policiers sont déployés partout dans la ville. Il y a des contrôles d’accès au village ainsi que sur tous les sites d’entraînements.

« A nous de sortir premières de poule pour décrocher un quart plus facile. »

cultureSPORT : Assisterez-vous à la cérémonie d’ouverture ou allez-vous vous reposer par rapport à vos matches contre l’Espagne et le Kenya, prévus le lendemain de la grande fête au Maracana ?

Lauriane Lissar : Non, on ne fera pas la cérémonie d’ouverture. Comme c’est un événement qu’on ne fera peut-être qu’une fois dans notre vie, mais qu’il est placé à la veille de notre entrée dans la compétition, nous a laissé le choix. Il faut dire qu’on piétine pendant quatre à cinq heures. C’était plus sage de ne pas la faire pour mettre toutes nos chances de notre côté pour gagner.

cultureSPORT : Un petit mot sur votre groupe (Espagne, Kenya, Nouvelle-Zélande). Des trois poules est-ce la plus relevée ?

Lauriane Lissar : Nous connaissons bien les Espagnoles et les Blacks. En revanche, nous n’avons encore jamais joué contre le Kenya. Après, toutes les poules sont relevées. A nous de sortir premières de poule afin de décrocher un quart « plus » facile dimanche.

cultureSPORT JO Rio 2016 équipe de France rugby à 7

cultureSPORT : Comment faites-vous pour enchaîner trois matches de poule en un peu plus de vingt-quatre heures ? Quelles sont les clés concernant la récupération notamment ?

Lauriane Lissar : Pour les JO, le format des matches est remanié. On fait deux matchs en vingt-quatre heures, sur trois journées, contrairement au circuit mondial où on joue trois rencontres par jour sur une durée de quarante-huit heures. Nous sommes encadrées par un médecin mais aussi par un kiné, qui nous guide pour la récupération. Les clés pour pouvoir tout enchaîner c’est : glace après chaque match, alimentation, hydratation, massage de récupération et sommeil. C’est très exigeant, c’est un sport extrême. On a souvent mal partout, mais il faut enchaîner.

cultureSPORT : Tu remplaces Christelle Le Duff au pied levé. Est-ce l’occasion d’en profiter encore plus ? Comment as-tu réagi lorsqu’on t’a appelé ?

Lauriane Lissar : Oui, malheureusement Christelle s’est blessée. Le lundi on m’annonçait que je ne partais pas, puis finalement quelques jours après, on m’a convoqué pour me dire que c’était moi qui la remplaçais en tant que réserviste. Un vrai ascenseur émotionnel… C’était pendant le stage de préparation à Tignes. Nous étions donc toutes ensemble, les vingt et une filles du groupe. J’étais bien évidemment très heureuse mais j’avais aussi beaucoup de mal à réaliser ! C’est depuis que nous sommes au village que je m’en rends vraiment compte.

cultureSPORT JO Rio 2016 équipe de France rugby à 7

cultureSPORT : C’est une fierté de représenter le Pays Basque aux Jeux ?

Lauriane Lissar : Oui, bien évidemment que c’est une fierté de représenter le Pays Basque. Mais c’est aussi une fierté de représenter la France et l’Association Sportive Bayonnaise, où je suis licenciée depuis sept ans maintenant. D’ailleurs, les copines arrivent avec le drapeau basque pour les tribunes (sourire).

« Je m’éclate dans les deux disciplines. J’ai besoin d’en faire des deux. »

cultureSPORT : Quelles sont les raisons qui ont poussé le Comité International Olympique à choisir le rugby à VII et non à XV d’après vous ?

Lauriane Lissar : Je pense que le rugby à VII est un sport extrême, spectaculaire, avec beaucoup plus d’espace qu’à XV. Il y a donc des actions impressionnantes mais aussi beaucoup plus de vitesse et de libertés dans le jeu.

cultureSPORT : Dans quelle discipline vous éclatez-vous le plus ?

Lauriane Lissar : Je m’éclate dans les deux disciplines. Même si elles sont complètement différentes, j’ai besoin d’en faire des deux !

cultureSPORT JO Rio 2016 Lissar LaurianecultureSPORT : Selon vous, pourquoi Paris doit organiser les Jeux en 2024 ? Pourquoi la France mériterait de les avoir ? Est-ce un rêve de pouvoir les disputer à domicile ?

Lauriane Lissar : En tant que sportive française, ça serait un honneur d’avoir les Jeux à Paris. Notre capitale est une très belle ville. Il y a aussi de plus en plus d’athlètes tricolores qualifiés pour les Jeux (394 en 2016 contre 330 en 2012 ou 352 en 1992, ndlr), ça serait un honneur pour tous les sportifs d’aller chercher des médailles devant notre public.

Son programme et celui des Bleues du VII

Demain : France-Espagne (16h), France-Kenya (21h). Dimanche : France – Nouvelle-Zélande (16h30), quarts de finale (à partir de 21h30). Lundi : matches de classement (à partir de 17h30), demi-finales (19h30), finale (minuit). Tous ces matches seront retransmis sur France 4.

Propos recueillis par Nicolas Gréno (@nicolasgrenon.greno@culturesport.net)
Crédits photos : page Facebook et compte Twitter de la Fédération Française de rugby, compte Twitter de Jessy Trémoulière.

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There is one comment

Laisser un commentaire