Pierre Carraz (2/3) : « Un jour ou l’autre, je m’écarterai progressivement pour entraîner des gamins »

ATHLÉTISME. Après nous avoir livré la recette qui fait tant succès du côté d’Aix-les-Bains, Pierre Carraz est revenu sur ses principales sources d’inspiration en termes de coaching.

Partie 1 : « La médaille, c’est tellement aléatoire… »

cultureSPORT : Quelle est la recette du club d’athlétisme d’Aix-les-Bains ?

Pierre Carraz : On a fait une synthèse d’entraînement de sprint assez complète. Je ne dirais pas d’avant-garde parce qu’on n’a rien inventé, mais je pense qu’on entraîne bien en fonction de nos moyens actuels. Les athlètes progressent, et ça se sait. On a un Espagnol qui est arrivé, il va rester quatre ans pour préparer les Jeux Olympiques.

cultureSPORT : Christophe Lemaitre, vous l’entraînez à plusieurs ?

Pierre Carraz : Oui, je me fais aider par des collègues. Ce sont des personnes que j’ai entraînées donc je les connais parfaitement, et inversement. A deux entraîneurs, ou même trois, ça demande beaucoup de discussions, mais on est plus intelligents. Et puis un jour ou l’autre je m’écarterai progressivement pour entraîner des gamins.

« Celui qui dit qu’il sait tout, c’est un con. On ne sait jamais rien. »

cultureSPORT : Vous-même, vous avez eu des modèles d’entraîneurs ?

Pierre Carraz : Des entraîneurs de l’INS [Institut national des sports, NDLR], des mecs remarquables pour moi. Ils avaient l’œil. Des gars extraordinaires. Il y a eu Joseph Maigrot, le père du sprint français. Et puis Albert Rivet, un champion international de lancer. Il y en a eu plein d’autres. C’était une époque où les entraîneurs ne se prenaient pas au sérieux. Après ils ont pris la grosse tête. C’est le milieu parisien qui a voulu ça.

cultureSPORT : Qu’a apporté Joseph Maigrot à l’athlétisme ?

Pierre Carraz : Le premier à avoir fait bosser les coureurs de 100 m, c’est lui. Il a un peu révolutionné les méthodes d’entraînement. Il a apporté la musculation, le travail en côte, l’entraînement moderne quoi. Il était dans un bon club aussi, au Racing club de France, donc il s’est fait la main là. Parce qu’on progresse avec ses athlètes, quand on entraîne.

cultureSPORT : Avez-vous progressé avec vos athlètes ?

Pierre Carraz : Bien sûr. On apprend tous les jours un peu. Celui qui dit qu’il sait tout, c’est un con. On ne sait jamais rien. Parce qu’il faut se rendre compte que ce qui marche avec un athlète, souvent ne fonctionne pas avec l’autre.

Partie 3 : « Il ne dévie pas, ce n’est pas un imbécile. Il est sain. C’est le principal. »

Propos recueillis par Maëva Gros (@_MaevaGros_) à Aix-les-Bains (Savoie) le 27 décembre 2016. Crédits : page Facebook officielle de Christophe Lemaitre.

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac’ @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l’UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There are 2 comments

Laisser un commentaire