Biarritz, héraut du réalisme face à d’«irréductibles biterrois»

RUGBY. Pro D2. La bataille fût âpre et les supporters visiteurs bruyants, «irréductibles» depuis les tribunes exactement. Pourtant c’est le Biarritz Olympique qui sort vainqueur de cette confrontation face à Béziers sur un score de 25-18. Plus réalistes, ils ont réussi à arracher la décision à force de solidarité et remontent à la cinquième place avant de recevoir Bourgoin, vendredi prochain.
chevchentko

Le centre de Béziers, Simon Chevchentko dans la tenaille biarrote

Le film de la rencontre

A 20h30. Le temps est clair, 5 degrés. Biarritz joue en rouge et blanc et Béziers en bleu-marine et rouge. Dès les premières minutes après une première touche, Bertrand Guiry le troisième ligne dévie bien un ballon d’Elvis Levi, le talonneur, ça avance par un maul… et faute des biterrois mais des 40 mètres dans l’axe c’est raté pour Maxime Lucu !

De la 5e à la 18e, les deux équipes ne veulent pas lâcher, soit sur les mêlées, ou les touches. Les Biarrots alternent bien par exemple en deuxième sauteur entre Sikeli Nabou et Bertrand Guiry. Parfois les biterrois craquent en mêlée, ou Laurent Magnaval est pénalisé par l’arbitre pour de mauvaises introductions. Les locaux comprennent bien que Lachie Munro (ouvreur ASBH, ex-UBB) est le dépositaire des attaques des visiteurs, il est constamment chassé, il trouve donc des touches courtes ou et même contré provoquant des occasions d’essais dans son camp.

Après avoir pliés, l’ASBH porte l’estocade par le biais de son dynamique demi de mêlée Josh Valentine (ex-super Rugby et Narbonne) qui perçe sur 25 mètres dans le camp biarrot, la balle est propulsée jusqu’à l’aile droite jusqu’à Lucas Damiani, le longiligne arrière au casque blanc qui aplatit pour un superbe essai (0-5, non transformé), le même Valentine revient « chatouiller » la défense locale, par un très beau coup de pied par-dessus qui met Felipe Manu dans la difficulté dans son camp… Le centre Jordan Puletua est quasiment inarrêtable en dessous de 3 placages, c’est lui qui montre la voie, et son compère Simon Chevchentko prendra confiance, apportera sa puissance lui aussi au fil du match.

Cependant, Maxime Lucu après son échec du début retrouve sa volonté et sonne la révolte avec de bons relais au contact du virevoltant centre biarrot Alex Arrate, (lui aussi au casque blanc) jusque dans le camp biterrois. Pénalité pour Biarritz (3-5, 30’) puis 6 points de plus entre la 35e et la 40e (des 47 mètres !) portant le score à 9-5.

Hommes de la première mi-temps

+++ : Josh Valentine (9) ; Jordan Puletua (13)

++ : Lucas Damiani (15) ; Némia Soqueta (8) ; Felipe Manu (7)

+ : Rémi Bourdeau (8) ; Maxime Lucu (10) ; Alex Arrate (12)

La stratégie qui aurait pu tout changer

Les coups de pieds rasants dans le dos de la défense des frères Lucu sur au moins 3 occasions où les Biterrois se dégagent en catastrophe.

Au retour pour la seconde période, la paire Puletua-Chevchentko confirme son ambition de marque… le deuxième centre échoue à 30 centimètres de la ligne, enfermé par la bonne défense biarrote. Les Biterrois enchaînent et reviennent à (9-8, 47e) puis à (9-11, 53e) alors que Guiry sur ses appuis, arrache le ballon…. mais est pénalisé….(c’est incompréhensible !) Entre la 59e et la 61e, Lucu rajoute 6 points (12-11, puis 15-11). On peut louer l’exigence du buteur qui après son échec dès le début a su parfaitement relever la tête.

A la 74e, Sikeli Nabou, le deuxième ligne biarrot dans la continuité de son bon travail en touche marque en force (22-11, transformé) puis à la 76e, Munro relance le suspense en contrant Ximun Lucu l’arrière biarrot dans son camp (étrangement dans la difficulté hier soir sur ses relances et ses coups de pieds) en marquant un essai proche des poteaux sans opposition, scellant le score à 25-18 et prolongeant ainsi le rêve des 5278 spectateurs, présents hier soir, de voir leur équipe en lice pour les phases finales.

Hommes de la deuxième mi-temps

+++ : Sikeli Nabou (4) ; Jordan Puletua (13)

++ : Simon Chevchentko (12) ; Maxime Lucu (10) ; François Ramoneda (7)

+ : Jonathan Best (6) ; Remi Bourdeau (8) ; Adriu Delai (13)

Le secteur où tout s’est passé

Les zones de rucks, où l’on peut louer l’intense activité aux placages des troisièmes ligne : Ramoneda, Best, Bourdeau pour ralentir les sorties de balle de Laurent Magnaval. L’indiscipline coûte cher à l’ASBH avec près de 15 fautes…

(Lucas Damiani, Francois Ramoneda, Frédéric Garcia en zone mixte d’après-match – 9’30)

Lucas Damiani (arrière, Béziers) affirme « que son équipe prend les matchs, les uns après les autres en croyant au maintien » et que « certaines situations de jeu aurait pu tout changer, notamment s’ils avaient décidé de jouer les trois points plutôt que l’essai directement », mais l’important est pour eux de « recevoir Dax, la semaine prochaine » tandis que Frédéric Garcia (entraîneur des avants, Biarritz) loue « le sérieux de son équipe en étant mené au score »car l’état d’esprit « fait faire beaucoup de choses ici, et il ne faut plus perdre une fois de plus à domicile » argumentant que « tout le monde veut croquer dans cette fin de saison avec quelques certitudes sur comment marquer. »

Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)

Advertisements

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s