L’Italie sans trucage

Dans cette deuxième demi-finale de l’Euro 2012, l’Italie a déjoué les pronostics en éliminant l’Allemagne. Malgré un scandale de paris truqués qui ne les aura finalement pas destabilisés, les Italiens joueront la finale face à l’Espagne, dimanche 1er juillet.

Allemagne-Italie 1/2

Avant ce match, jamais les Allemands n’avaient réussi à battre l’Italie lors d’une phase finale de compétition internationale. Et avec sept joueurs du Bayern titulaires et la lose qui les caractérise au coup d’envoi, comment l’Allemagne pouvait-elle espérer mieux ce jeudi soir ?
Contrairement au quart face à la Grèce, Joachim Löw avait pourtant décidé de titulariser Gomez et Podolski, ainsi que Toni Kroos afin de gêner la relance italienne. En face, Chiellini, incertain, était bien présent. Tout comme Balotelli en pointe.

Dans le premier quart d’heure, l’Allemagne met la pression sur l’Italie : Hummels voit Pirlo repousser sa frappe sur la ligne (5e), avant que Barzagli ne soit à deux doigts de tromper son propre gardien, suite à un centre de Boateng (12e). Les Italiens subissent, mais leurs adversaires font payer ce manque de réalisme. A la vingtième minute, Cassano se joue de Hummels sur le côté droit avant de déposer un centre sur la tête de Balotelli qui marque. Sur leur première incursion dans la surface allemande, les Italiens ouvrent la marque suite à la seule véritable erreur du duo Hummels-Badstuber dans cette compétition. A la trente-cinquième, Khedira oblige Buffon à une parade exceptionnelle sur une reprise depuis l’extérieur de la surface. Sur le corner qui suit, la défense italienne se dégage, Montolivo adresse une magnifique passe en profondeur pour Balotelli, couvert du hors-jeu par Lahm. Trop juste, le capitaine allemand ne peut contrer la frappe de l’attaquant de Manchester City qui termine sa course dans la lucarne de Neuer (36e). En une minute l’Italie évite le un partout et, au contraire, fait le break.
Malgré deux changements à la mi-temps (Klose pour Gomez et Reus pour Podolski) et quelques occasions (Lahm (49e) et Reus (62e)) en deuxième période, l’Allemagne ne pourra que sauver l’honneur sur pénalty par Özil dans les arrêts de jeu (90e+2).

L’Allemagne aura clairement manqué de réalisme dans ce match, contrairement aux hommes de Prandelli. Le fantas(ti)que Mario Balotelli a fait taire les dernières critiques avec un magnifique doublé, Pirlo a de nouveau fait parler sa classe et Buffon semble clairement increvable. Derrière, l’axe italien aura bien bloqué l’Allemagne, obligeant les hommes de Löw à multiplier les centres.
Hormis le manque de réalisme, la défense allemande est à blâmer. Hummels et Badstuber sont fautifs sur le premier but, avant que Lahm ne couvre Balotelli du hors-jeu sur le second. Schweinsteiger aura été en deçà de son niveau habituel, tout comme Podolski, sorti à la mi-temps. La vraie satisfaction allemande a été une nouvelle fois Khedira, très bon à la récupération et dans son jeu vers l’avant. Reus aura fait une excellente rentrée, avant de s’éteindre petit à petit dans la dernière demi-heure.
Enfin, un petit mot sur l’arbitre français, Stéphane Lannoy, qui aura parfaitement tenu son rôle d’arbitre principal d’une demi-finale d’Euro. Une jolie réponse aux critiques incessantes qui déferlent sur l’arbitrage tricolore en période de championnat… Vous voulez un soin ?

Composition des équipes :

Allemagne : Neuer – Boateng, Hummels, Badstuber, Lahm – Khedira, Schweinsteiger – Kroos, Özil, Podolski, Gomez.

Entraineur : Joachim Löw

Italie : Buffon – Balzaretti, Barzagli, Bonucci, Chiellini – Marchisio, Pirlo, De Rossi, Montolivo – Cassano, Balotelli.

Entraineur : Cesare Prandelli

Buts : Balotelli (20e, 36e) pour l’Italie, Özil s.p. (90e+2) pour l’Allemagne.

Crédit photo : AFP

Laisser un commentaire