Marseille bat Reims mais ne brille pas

Pour son retour parmi l’élite du football français, le Stade de Reims recevait l’Olympique de Marseille. Malgré une bonne prestation, les Rémois s’incline 1-0.

Cela faisait une éternité, trente trois ans, que le Stade de Reims n’avait plus goûté aux joies de la première division. Pour l’occasion, les 21 628 places du stade Auguste-Delaun ont toutes trouvées preneurs. Et comme si cela ne suffisait pas pour faire de cette rencontre une grande fête, l’adversaire du soir se nomme Marseille. Un match de prestige donc, entre deux des clubs les plus titrés du football français (9 couronnes pour l’OM contre 6 pour Reims).

L’an passé, les Rémois ont validé leur montée à la faveur d’une excellente saison conclue par une seconde place (65 points, à 6 longueurs de Bastia). Le 18ème budget du championnat (21 millions) a choisi de laissé filer Cédric Fauré, pourtant meilleur buteur de Ligue 2 avec 15 réalisations. Si l’on ajoute le départ de Romain Amalfitano, frère de, à Newcastle, on peut affirmer que l’équipe s’est affaiblie. Les principales recrues, Antoine Devaux (arrivé libre de Toulouse) et Julien Toudic (9 buts l’an passé avec Lens), vont tenter d’apporter leur expérience à un effectif qui en manque cruellement.

Les premières minutes de la rencontre sont à l’avantage des Phocéens. Sur la lancée de leur éclatant succès, 3-0, lors du troisième tour préliminaire de l’Europa League, les hommes d’Elie Baup, entendent bien entamer cette nouvelle saison par une victoire. L’OM  met du rythme d’entrée et se procure quelques situations et occasions de but mais se heurte à un très bon Agassa. Marseille domine mais le Stade joue bien le contre. Fortes, lancé dans le dos de Fanni ne parvient pas à maitriser sa frappe qui termine sa course bien au-dessus des buts de Mandanda. L’international algérien Ghilas se montre très actif, sa vitesse posant quelques problèmes aux défenseurs. Globalement, on peut noter que Valbuena s’affirme davantage encore comme le véritable dynamiteur marseillais. A l’exception de ses accélérations et ses appels, le jeu produit par les Marseilles, reste très stéréotypé. Le ballon circule tranquillement de gauche à droite, les appuies pour passer vers l’avant sont très prévisibles et la charnière rémoise gagne quasiment tous les duels aériens qui lui sont proposés. Gignac de son côté, aura tiré au but pas moins de six fois, cadran à trois reprises. Il faut attendre la 77ème minute et une passe brossée de Kaboré, que l’on n’imaginait pas capable d’un tel geste technique, à destination du pied gauche de Cheyrou pour voir l’unique but de la rencontre (0-1). Par la suite, le Stade de Reims tente de revenir mais ne parvient pas à concrétiser ses occasions. Au final, Reims méritait mieux.

La saison passée, Marseille avait du attendre la septième journée et un succès 2-0 au Vélodrome contre Evian pour valider une première victoire. Cette exercice 2012-2013 commence bien mieux pour l’OM. Pourtant, l’incertitude qui règne autour de l’avenir de joueurs cadres tels qu’Azpilicueta ou M’Bia, pourrait rattraper les Marseillais. Surtout si ces probables départs étaient remplacés par des éléments moins bons qualitativement.

Laisser un commentaire