Dans le rétro de l’histoire F1 : GP d’Europe 1997

Ce soir, nous vous proposons le deuxième numéro de notre nouvelle série : « dans le rétro de l’histoire F1 ». Aujourd’hui, Dylan va passer au crible un Grand Prix très mouvementé. Il s’agit de la dernière épreuve de la saison 1997, déterminante dans l’attribution du titre mondial entre Villeneuve et Schumacher. Flashback.

Culture Sport Jacques Villeneuve Michael Shumacher

Schumacher : Une finale gâchée à Jerez

Présentation du GP

Le Grand Prix d’Europe de Formule 1 est la dix-septième et dernière manche du championnat du Monde de Formule 1 1997. Cette manche se déroule sur le tracé espagnol de Jerez de la Frontera pour la septième et dernière fois de l’Histoire de la F1. Ce circuit mesure 4,4 kilomètres. Ne servant plus au championnat du Monde de Formule 1, il sert désormais aux tests de pré-saison de février et accueille le Moto GP. En six éditions, de 1986 à 1994, Ayrton Senna et Alain Prost se sont imposés deux fois ici. Cette manche va donc servir à départager pour le championnat du Monde pilotes Jacques Villeneuve, leader du championnat sur Williams-Renault, et Michael Schumacher, double champion du Monde (1994 et 1995) chez Benetton, et qui rêve de remporter un titre avec les Rouges. Les tifosis et Jodi Shckter, attendent ça depuis 1979 !

Contexte de la saison

Cette saison marque le duel féroce entre la Williams-Renault de Jacques Villeneuve et la Ferrari de Michael Schumacher. Avant cette dernière manche, Williams est déjà titrée pour le championnat du Monde des constructeurs, le dernier enjeu, le plus prestigieux, le championnat du Monde des pilotes va se jouer ici à Jerez. Jacques Villeneuve a auparavant remporté sept Grands Prix contre cinq à Michael Schumacher. La manche précédente s’est conclue par la victoire de Schumacher et la disqualification de Villeneuve pour non respect des drapeaux jaunes. Le suspens est à son comble dans cette dernière manche, puisque Schumacher possède un point d’avance au championnat devant Villeneuve, ça promet une belle lutte entre les deux belligérants !

Les qualifications

Fait rare pour cette séance de qualification puisque les trois premiers de la grille de départ ont signé exactement le même chrono, au millième près ! Evidemment, comme il ne peut pas y avoir trois pilotes en pôle position, on détermine le classement en fonction de l’ordre de passage, c’est à dire le premier qui franchit la ligne s’élance de la pôle, donc Villeneuve devant Schumacher ! Le duel sera intense sur la première ligne ! Le troisième sera l’équipier allemand de Villeneuve : Heinz-Harald Frentzen. On s’attend à un beau duel le lendemain, hélas, on va être déçu…

Le déroulement de la course

A l’extinction des feux, Schumacher prend le meilleur départ et l’avantage sur Villeneuve. Frentzen, l’équipier du Canadien, le dépasse également. Villeneuve est donc troisième à la fin du premier tour. Un tour plus tard, il signe le meilleur tour en course et dépasse son équipier Frentzen. Pour devenir champion du monde : Schumacher doit devancer Villeneuve, et inversement. Passionnant duel à distance entre les deux duettistes, puisqu’ils signent tour à tour les meilleurs chronos, en exploitant ainsi au maximum les capacités de leurs machines, l’écart est de quatre secondes.

Au vingt-deuxième tour, les mécaniciens de la Scuderia Ferrari sont prêts à accueillir l’Allemand. L’arrêt est parfait, Villeneuve passe en tête et cravache pour espérer repartir en tête après son ravitaillement. Le Canadien s’arrête le tour suivant, l’arrêt est parfait. On imagine la pression pour ces deux pilotes, mais également pour les mécaniciens des deux écuries respectives, qui savent que la moindre erreur peut coûter le titre pilotes ! Schumacher repart donc devant Villeneuve. Après quelques tours, surprise : la Williams Renault s’avère beaucoup plus compétitive que la Ferrari puisque Villeneuve est déjà dans les roues du double champion du Monde Allemand ! Il tente une manœuvre d’intimidation, mais Schumacher ferme la porte. Et les deux hommes arrivent sur les retardataires, qui doivent laisser passer les deux belligérants. Et là, premier scandale de ce Grand Prix ! En effet ils arrivent sur la Sauber de l’Argentin Norberto Fontana, qui laisse passer Schumacher, et qui curieusement, dans les courbes, ferme la porte à Villeneuve ! Et immédiatement nous pouvons penser à quelque chose d’inacceptable ! Sauber est motorisé par… Ferrari ! Une manœuvre anti-sportive afin de protéger Schumacher ? C’est en tout cas ce qu’affirme Fontana dix ans après, il déclare que le matin du Grand Prix, Jean Todt, le directeur de Ferrari a demandé à Peter Sauber, propriétaire de cette écurie, de bloquer Villeneuve ! Ce qui a été fait ! Jean Todt et Peter Sauber démentiront cette information, mais, en voyant la manœuvre de l’Argentin, les doutes sont permis… Villeneuve perdra de précieuses secondes dans la manœuvre.

C’est le bon moyen de ravitailler afin de perdre le moins de temps possible en piste, Schumacher s’arrête donc une seconde fois. Villeneuve calque sa stratégie sur l’Allemand et s’arrête le tour d’après. Son arrêt est plus rapide de sept dixièmes, énorme ! Schumacher reprend la tête devant la McLaren de David Coulthard qui n’a pas encore ravitaillé, Villeneuve repart donc derrière l’Ecossais, qui s’arrêtera un tour plus tard. Comme tout à l’heure, Villeneuve est beaucoup plus compétitif que Schumacher, le second scandale arrive. Il arrive sur lui, le dépasse, et, Schumacher, le voyant, donne un méchant coup de volant, l’accrochage est inévitable ! L’Allemand est ainsi envoyé dans le sable, et Villeneuve a été touché au niveau des triangles de suspension ! Si Schumacher et Villeneuve abandonnent, le titre revient à l’Allemand ! En analysant les images, nous pouvons immédiatement remarquer une manœuvre anti-sportive de Schumacher, qui voit Villeneuve le passer dans son rétro, et qui braque quand même vers lui. Désormais, aux commentaires sur TF1, Jacques Laffite, avec son tempérament habituel, lâchera à l’antenne, à propos de Schumacher : « Ah quel con ! Ah merde, quel dommage ! ». La manœuvre est purement anti-sportive, et aura de lourdes conséquences. Villeneuve est donc en tête, débarrassé de l’Allemand, qui a abandonné. Dans le stand Williams, autour de Franck Williams, le président et fondateur de l’écurie, on est anxieux en espérant que les triangles de suspension n’ont pas été endommagés, et on s’inquiète car les temps au tour de Villeneuve ne sont pas bons. Quelques tours plus tard, Patrick Head, le directeur technique de l’écurie rassure son pilote : la voiture n’est pas endommagée. Néanmoins Villeneuve roule prudemment, ce qui assure le retour de ses deux poursuivants : les McLaren de Hakkinen et Coulthard. Mais ils ne sont pas dangereux pour le championnat. Dans le dernier tour, les deux McLaren passent ! Le Finlandais Mika Hakkinen remporte son premier Grand Prix devant son équipier David Coulthard, Villeneuve termine troisième, rassuré, et s’assure le titre de champion du Monde pilotes 1997 !

Magnifique succès pour le Québécois qui fait honneur à son héritage. C’est le fils du pilote Gilles Villeneuve, qui s’est tué en course de Formule 1. Grand succès pour Renault également, la marque au losange, qui se retire sur un sacre grâce à ses moteurs. Michael Schumacher a été vivement critiqué pour cette manœuvre honteuse, il sera purement et simplement exclu du championnat par la FIA ! Il finira donc dernier de ce championnat 1997 ! Le vice-champion du Monde est donc Frentzen, l’équipier de Villeneuve.

A lire aussi

#1 : Grand Prix de Monaco 1996

Article rédigé par Dylan Pastor

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There are 2 comments

Laisser un commentaire