Xavier De Le Rue, objectif Sochi (abandonné)

On ne s’y attendait pas trop. Pas du tout même. Idem pour lui et ses supporters. En interviewant Xavier De Le Rue, nous avions trouvé le profil idéal par rapport à notre partenariat avec Déclic Magazine : un sportif Basque d’origine et participant de surcroît aux prochains Jeux Olympiques. Hélas, la nouvelle est tombée, il y a environ une semaine, sur la page Facebook de son frère Paul-Henri. Oui, incroyable mais vrai. Xavier s’endossera aucun dossard à Sochi (*). Du coup, nos questions ne collent plus tellement avec l’actualité. Mais nous tenions tout de même à publier les propos du double champion du monde de cross (2003, 2007), pour vous montrer à quel point le snowboardeur tricolore était chaud et motivé, comme jamais, pour aller décrocher l’unique ligne qui manquait à son incroyable palmarès. Foutus points FIS.

Culture Sport Xavier De Le Rue 2

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et les principales lignes de votre palmarès ?
J’ai débuté la compétition avec des titres de champion du monde junior en combiné. Je me suis ensuite concentré sur le boardercross. J’ai remporté des titres mondiaux, des coupes du monde et des médailles d’or aux X Games. En parallèle, j’ai commencé à goûter au Big Mountain puis j’ai fait de la compétition sur le Freeride World Tour, pour gagner trois fois de suite le titre de champion du monde. Ces dernières années, j’alternais compétitions de freeride et vidéos. J’ai participé à une quinzaine de films sur les cinq dernières années, qui m’ont permis d’obtenir des awards individuels comme le Big Mountain rider of the year et la performance de l’année à deux reprises. Ces prix sont décernés par les plus grands magazines spécialisés américains.

Culture Sport Xavier De Le RueEtre un bon snowborder, pour vous, c’est quoi ?
C’est être complet. Etre à la fois capable de réaliser des images, des résultats en compétitions mais aussi savoir rider dans un snowpark, produire des figures, maîtriser l’aspect montagne de la discipline et combiner vitesse, fluidité et sauts dans le milieu naturel.

Vous êtes plutôt plus cross ou plus freeride ?
Je suis plutôt snowboard ! Le snowboardcross me permet d’être focus (sic) sur un objectif. Ça me maintient en condition pour le freeride. Sans l’alternance des projets et des challenges, je me lasserais. J’aime donc autant l’un que l’autre.

Les JO ne vous ont pas tellement réussi pour le moment (18e en 2006, huitièmes de finale en 2010). Sochi, sera-t-elle la bonne édition ?
J’espère, on verra. C’est un retour à la compétition pour moi. Le matériel a évolué, les snowboardeurs, dans tous les domaines, se spécialisent et le niveau monte. Je ne me suis jamais autant préparé. J’ai l’envie et la motivation. Les sensations reviennent bien.

Quel sera votre objectif ? Un podium voire même mieux, le titre Olympique ?
J’y vais clairement pour ramener la seule médaille qui me manque. Si elle peut être d’or tant mieux. C’est l’histoire d’une seule course, avec beaucoup d’incertitudes car on court à six. On verra une fois sur place, un tour après l’autre, en essayant de se faire plaisir un maximum.

Comment vous-êtes vous préparé ?
J’ai fait des stages en équipe, du yoga ainsi que des tests de glisse. Je me suis également préparé physiquement depuis un an, ce que je n’avais jamais fait auparavant.

Quels seront vos principaux rivaux ?
Tout le monde peut avoir sa chance le jour J, difficile de donner des noms. J’aimerais que l’on puisse être plusieurs Français en finale.

Dès que l’on pense à vous, on repense à cette terrible avalanche qui a failli vous tuer en 2008. Aujourd’hui, vous êtes encore traumatisé, ou il y a prescription ? Comment faites-vous pour repartir après avoir vécu ça ?
La montagne est ce que j’aime c’est qui m’a permis d’y retourner. Depuis mon lit d’hôpital je voyais des lignes par la fenêtre, et avant de sortir de l’hosto je savais déjà que j’allais recommencer à rider. Mais il n’y a pas prescription, c’est à chaque sortie dans un coin de ma tête, c’est aussi ce qui aide à prendre les bonnes décisions et ça m’a apprit énormément pour renoncer quand je ne le sens pas ou que le moindre doute existe.

Qu’est-ce qui vous a sauvé ?
Enormément de chance et le fait d’avoir eu un airbag ABS ce jour là.

Vous avez grandi à Saint-Lary, mais quelles relations entretenez-vous avec le Pays Basque, où vous êtes né (Bayonne) ?
J’ai encore de la famille sur Bayonne et j’apprécie de revenir l’été dans le coin, j’ai récemment acheté une maison dans les landes mais je passe régulièrement car le relief me manque même en été.

Culture Sport Mission AntarticUn petit mot sur votre film, Mission Antarctique. C’était le trip de votre vie ?
C’est clairement le voyage qui m’a touché le plus, encore une fois le facteur chance était présent avec des conditions météos favorables. C’est réellement un paradis pour les amoureux de la montagne et de la nature. Nous avions en tête de faire un film qui plaise à tous ceux qui aiment la nature et l’exploration et je pense qu’on a atteint notre but d’après les retours du publics et des professionnels. Nous avons reçu le prix du meilleur film de freeride du festival international de freeride de Saint Lary et celui du meilleur film d’aventure au festival Wild de New York.

Quel matériel utilisez-vous pour tourner vos films ?
Pour l’Antarctic on a utilisé principalement une red Epic, une FS 700 et des GoPro.

Culture Sport Mission Antarctic

Produire plus de films : c’est une idée de reconversion ?
C’est clairement quelque chose qui me plait, nous avons monté la boite de prod autor de mes projets mais on développe désormais d’autres films avec d’autres riders. C’est important pour nous de raconter des histoires et dévoiler plus que juste l’action.

(*) Les réactions de Xavier De Le Rue sur sa page Facebook suite à sa non participation aux prochains Jeux Olympiques.

Culture Sport Xavier De Le Rue Facebook

Crédit photos : page Facebook officielle de Xavier De Le Rue

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s