Philippe Lafon : « Les filles ont largement autant de mérite que les garçons ! »

Après le Top 14, la nouvelle Coupe d’Europe, la tournée estivale des Bleus et le Tour de France, Philippe Lafon aborde, sur Culture Sport, le dernier sujet de notre grande interview. Avec le journaliste rugby de France Télévisions, nous parlons, dans ce quatrième numéro, du Mondial féminin qui se déroulera en France (à partir d’aujourd’hui et ce jusqu’au 17 août), entre Marcoussis et le stade Jean-Bouin. Les Bleues comptent parmi les grandes favorites.

Culture Sport Coupe du Monde de rugby féminine

Partie 4 : la Coupe du Monde féminine

Le XV de France est une très bonne équipe mais les Néo-Zélandaises ont un temps d’avance.

Allez-vous faire parti du dispositif mis en place par Francetv Sport ? Le connaissez-vous ?

Je ne le connais pas en entier car je ne suis pas sur la feuille de match, comme on dit ! Comme il s’agit des femmes, c’est Hélène Archilla qui va assurer la correspondance de terrain. C’est très bien comme ça. Premièrement car elle est compétente et appartient au réseau France 3. C’est une femme de rugbyman, elle sait donc exactement de quoi elle parle. Deuxièmement parce qu’elle pourra avoir plus facilement accès aux vestiaires ou à d’autres endroits plus confidentiels. Ce ne sont pas des choses que je pourrais faire avec le rugby féminin… Matthieu Lartot sera sur le pont, aux commentaires, avec une consultante féminine (elles seront en fait deux : Estelle Sartini et Marie-Alice Yahé, anciennes capitaines, ndlr). A partir de là, la compétition va se dérouler comme elle se doit sur nos antennes !

Quelle est pour vous l’équipe favorite de la compétition ? On parle beaucoup des Néo-Zélandaises, quadruples championnes du monde en titre, mais que pouvons-nous attendre des Bleues, lauréates du dernier Tournoi des Six Nations, avec de surcroît un Grand Chelem à la clé ?

Le XV de France féminin est une très très bonne équipe mondiale ! Mais les Black Ferns (le surnom des joueuses Néo-Zélandaises) ont effectivement un temps d’avance. Mais là encore, on parle d’une équipe où il y a une grosse culture rugbystique. Dans leur pays, c’est invraisemblable. J’ai eu l’occasion de tourner un documentaire sur le rugby en Nouvelle-Zélande. Je peux vous dire que dès leur plus jeune âge, garçons comme filles baignent dans le rugby. Ils savent déjà ce qu’est une passe, un plaquage, etc. Imaginez ça répercuté sur une population de quatre millions d’habitants. C’est un filtre parfait pour repérer les meilleurs au plus haut niveau… Ce n’est pas étonnant que ce pays soit aussi rayonnant dans ce sport. Mais la France peut très bien figurer dans ce tournoi. Les Bleues ont toutes leurs chances. En plus cette Coupe du Monde se déroule chez nous. J’espère donc qu’il y aura du public, à Marcoussis mais aussi à Jean-Bouin, pour défendre nos joueuses.

Elles peuvent viser la finale. Elles le méritent en plus !

Culture Sport équipe de France féminine

Elles peuvent potentiellement et aisément viser la finale du coup  !

Potentiellement, une équipe qui s’aligne en Coupe du Monde souhaite devenir championne du monde à l’issue de la compétition (rires) ! Il n’y a pas de secrets ! Bien sûr que oui elles peuvent viser la finale. Elles le méritent en plus. Si elles ont montré qu’elles pouvaient faire le Grand Chelem, ça veut dire qu’elles détiennent potentiellement le meilleur niveau mondial. Sans aucun problème. Après, elles ne vont pas les laisser gagner (rires) !

Oui, mais il y a d’autres nations issues de l’hémisphère sud aussi. Elles sont peut être meilleures que les Bleues… Justement, on ne connait pas tellement ces équipes comme l’Australie, l’Afrique du Sud, etc.

Eh ben voilà (sic) ! C’est précisément pourquoi France Télévisions s’engage dans des projets comme celui-ci. Il est important de faire briller aussi ce sport féminin. J’ai l’occasion de le voir régulièrement. Il vaut vraiment le coup à regarder tant techniquement que qualitativement. Ça sera l’opportunité pour le découvrir parce qu’on n’en sait pas grand chose. Ni vous, ni moi. Il est grand temps qu’on s’y intéresse. Pour avoir vu le XV de France féminin, notamment contre l’Angleterre, je peux vous dire qu’elles ont largement autant de mérite que les garçons et beaucoup moins de moyens. Ça leur donne d’autant plus de mérite.

Les matchs à suivre sur Francetv Sport

Tous les matchs de l’équipe de France seront à suivre en direct sur France 4. Même si les Bleues ne parviennent pas à se hisser jusqu’en finale, l’ultime rencontre, qui précède la remise de la coupe suprême, sera tout de même retransmise.

Vendredi 1er août

Poule C : France-Pays de Galles (Marcoussis 1) à 20h45

Mardi 5 août

Poule C : France-Afrique du Sud (Marcoussis 1) à 20h45

Samedi 9 août

Poule C : Australie-France (Marcoussis 1) à 20h45

Mercredi 13 août

Matchs de classement : qualifié n°5-qualifié n°8 (stade Jean-Bouin) à 15h45 (1)
Demi-finales : qualifié n°1-qualifié n°4 (stade Jean-Bouin) à 20h45 (1)

Dimanche 17 août

Match pour la cinquième place : vainqueur du match entre le qualifié n°6 et le qualifié n°7-vainqueur du match entre le qualifié n°5 et le qualifié n°8 (stade Jean-Bouin) à 14h15 (1)
Match pour la troisième place : perdant de la demie 1-perdant de la demie 2 (stade Jean-Bouin) à 16h30 (1)
Finale : vainqueur de la demie 1-vainqueur de la demie 2 (stade Jean-Bouin) à 18h45

Culture Sport XV de France féminin

Le groupe des vingt-six

Pilières (2) : Lise Arricastre (Lons), Christelle Chobet (Lons), Hélène Ezanno (Lille), Elodie Portaries (Montpellier)
Talonneuses (2) : Gaëlle Mignot (Montpellier, cap.), Laetitia Salles (La Valette)
Deuxièmes ligne : Marine Denadaï (Montpellier), Assa Koita (Bobigny), Sandra Rabier (Caen)
Troisièmes ligne : Coumba Diallo (Bobigny), Koumiba Djossouvi (Montpellier), Manon André (Saint-Orens), Laetitia Grand (Lons), Safi N’Diaye (Montpellier)
Demies de mêlée : Yanna Rivoalen (Lille), Jennifer Troncy (Montpellier)
Demies d’ouverture : Christelle Leduff (Perpignan), Sandrine Agricole (Rennes)
Centres : Shanon Izar (Lille), Marjorie Mayans (Saint-Orens), Elodie Poublan (Montpellier)
Ailières : Camille Grassineau (Bordeaux), Elodie Guiglion (Perpignan), Marion Lièvre (Bobigny)
Arrières : Caroline Ladagnous (Lons), Jessy Trémoulière (Romagnat)

Partie 1 : le championnat de France 2013/2014
Partie 2 : la nouvelle Coupe d’Europe et la tournée des Bleus en Australie
Partie 3 : le Tour de France

Notes : (1) Si l’équipe de France est qualifiée / (2) Ces termes n’existent peut-être pas, mais nous voulions féminiser ce sport jusqu’au bout
Entretien réalisé le jeudi 5 juin aux alentours de 20 heures (*)
Crédit photo : page Facebook officielle de la Fédération Française de rugby

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac’ @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l’UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There are 3 comments

  1. fannypoulon

    très belle interview, merci à france télévision de s’engager pour ce sport.
    Et une grande pensée pour marie alice yahé qui doit se contenter de la cabine commentateur

Laisser un commentaire