La cuvée 1992 ? Une prometteuse génération !

CYCLISME. En 1992, Jacky Durand remportait à la surprise générale le Tour des Flandres tandis que Miguel Indurain réalisait son premier doublé Giro-Tour. Cette année-là a vu la naissance de cinq coureurs qui ont intégré, vingt-deux ans plus tard, le classement mondial UCI. On vous laisse le soin de découvrir leurs identités.

Mercredi prochain dans les Jeunes pousses du sport : retrouvez un surfeur qui risque de faire pas mal de vagues dans l’avenir. Son nom : Noa Dupouy.

1. Adam Yates (89e, 44 pts)

Britannique, Orica-GreenEdge (en 2014)

Culture Sport Adam Yates

Son principal fait d’arme cette saison : vainqueur du Tour de Turquie (+ 1 étape)
Son palmarès 2014 : vainqueur du GP d’Industria & Artigianato Larciano, 5e du Tour de Toscane, 5e du Tour de Californie, 6e du Critérium du Dauphiné (3e de 2 étapes)

Deuxième du Tour de l’Avenir en 2013, Adam était l’une des attractions du mercato l’hiver dernier. Avec son frère jumeau Simon, les Yates (qui ne possèdent aucun lien de parenté avec Sean) ont finalement signé au sein de la formation Australienne Orica-GreenEdge. Onzième (et meilleur jeune) du Tour de San Luis, pour ce qui constituait sa tout première course chez les pros, Adam Yates a frappé un grand coup, un mois plus tard, en remportant le relevé Tour de Turquie (2.HC), qui dénombrait, cette année, pas moins de huit équipes World Tour, au départ. Deuxième derrière Taaramäe lors de la troisième étape, le coureur Britannique s’est imposé dans la sixième, repoussant ainsi l’Estonien à une petite seconde. Suffisant pour glaner sa première course à étapes. Capitalisant sur sa bonne forme, Yates a poursuivi sa belle moisson de perfs’. Cinquième du général en Californie, il se classera surtout à une très belle et prometteuse sixième place lors du Critérium du Dauphiné. Le jeune British, qui s’est imposé au GP d’Industria & Artigianato Larciano, a également découvert son premier Grand Tour. Encore un peu tendre, il le conclura à la 82e place. Mais nul doute que l’on verra cet espoir du cyclisme mondial à l’avant dans une épreuve de trois semaines, dans quelques saisons…

2. Julian Alaphilippe (93e, 37 pts)

Français, Omega Pharma-Quick Step

Culture Sport Julian Alaphilippe

Son principal fait d’arme cette saison : vainqueur d’une étape au Tour de l’Ain (la 4e)
Son palmarès 2014 : 3e de la RideLondon Classic, 4e du Tour de l’Ain, 5e du Grand Prix de Plouay, 2e et 3e d’une étape du Tour de Catalogne

Après deux saisons à l’Armée de Terre chez les amateurs et une année chez les espoirs au sein de la formation Etixx, Julian Alaphilippe a enfin découvert le World Tour en 2014 avec les OPQS. Passé dans l’équipe A, le Saint-Amandois a impressionné pour son premier exercice chez les grands. Dérochant deux podiums d’étapes lors du Tour de Catalogne en début de saison, il a ensuite enchaîné un podium lors de la RideLondon Classic mais aussi et surtout sa première victoire professionnelle au Tour de l’Ain. Quatrième du général, vainqueur des classements par points et du meilleur jeune, il a, dans la foulée, glané une belle cinquième place dans une classique World Tour, à Plouay. Ces belles performances ont tapé dans l’oeil de Bernard Bourreau qui le présélectionnera en vue des Mondiaux, à Ponferrada. Neuvième de la course en ligne, l’an passé chez les espoirs, le poulain de Patrick Lefevere sera finalement remplaçant. Mais ce n’est que partie remise pour ce sprinteur/puncheur.

3. Davide Formolo (99e, 30 pts)

Italien, Cannondale

Culture Sport Davide Formolo Vincenzo Nibali

Son principal fait d’arme cette saison : vice-champion d’Italie sur route
Son palmarès 2014 : 2e du GP d’Industria & Artigianato Larciano, 4e du Tour de Turquie, 6e du Tour d’Emilie, 7e du Tour de Suisse, 7e de la Japan Cup, 9e du Grand Prix de Lugano

En cette fin de saison, Davide Formolo s’est peut-être repassé plusieurs fois ce sprint final, dans sa tête. L’Italien revoit encore la silhouette de ce coureur d’Astana passer la ligne devant lui, soulevant dans la foulée ses bras en direction du ciel. Cet homologue n’est rien de moins que le futur vainqueur du Tour de France. Oui, Vincenzo Nibali. Formolo est passé à deux doigts de revêtir la tunique tricolore, privant ainsi le Requin de Messine de parader avec sur la prochaine Grande Boucle. Mais que nenni ! Nibali se « débarrassera » du maillot vert-blanc-rouge pour le paletot jaune de leader. Outre le fait d’être monté sur le podium du championnat d’Italie, Formolo a suivi la trajectoire d’Adam Yates (voir ci-dessus). Il s’est classé deuxième du GP d’Industria & Artigianato Larciano et quatrième en Turquie, derrière lui. Sa sixième place au Tour d’Emilie et son top dix dans le Tour de Suisse en font un des futurs grands du cyclisme transalpin.

4. Bryan Coquard (134e, 11 pts)

Français, Europcar

Culture Sport Bryan Coquard

Son principal fait d’arme cette saison : ses 5 victoires ou sa troisième place au classement par points du Tour de France ?
Son palmarès 2014 : vainqueur de deux étapes de l’Etoile de Bessèges, de la Route Adélie de Vitré, de Paris-Camembert et d’une étape du Tour de Picardie, 3e du Tour de Picardie, 13e de Gent-Wevelgem, 7 tops huit dans le Tour de France (dont 3 tops 5)

Concernant son principal fait d’arme, nous avons hésité. Et nous hésitons toujours, d’ailleurs. Est-ce que ses cinq victoires valent-elles plus que cette magnifique troisième place décrochée dans le classement par points du Tour ? Franchement, nous nous le demandons. Deuxième jusqu’à la veille de l’arrivée à Paris, Coquard n’a pu lutter face à un Peter Sagan intouchable dans cet exercice de régularité. Habitué au maillot vert depuis maintenant trois éditions, le Slovaque n’a laissé aucune chance au vice-champion Olympique (en titre) de l’omnium. Se glissant dans un maximum d’échappées, prenant part de temps à autre aux sprints intermédiaires et surtout en enchaînant 12 tops dix (dont 5 tops trois), Sagan survolait, en effet, ce challenge. Mais Coquard ne s’est pas laissé démonter pour autant. Il a, lui aussi, participé aux sprints intermédiaires et réalisé de nombreuses places d’honneur. N’oublions pas, tout de même, ses cinq victoires obtenues cette saison, même si, (c’est vraiment pour chercher la petite bête) le total 2014 est légèrement inférieur à celui de l’an passé (six succès).

5. Petr Vakoc (139e, 10 pts)

Tchèque, Omega Pharma-Quick Step

Culture Sport Petr Vakoc

Son principal fait d’arme cette saison : vainqueur de la 2e étape du Tour de Pologne (leader pendant 4 jours au général)
Son palmarès 2014 : 2e des championnats de République Tchèque (en ligne et contre-la-montre), 5e du Trofeo Serra de Tramuntana, 10e du Tour de Pologne

Que ce soit lors de ses championnats nationaux ou aux Mondiaux, Petr Vokoc a eu le chic de terminer l’épreuve chronométrée ainsi que la course en ligne aux mêmes places. Comme ça, pas de confusion possible ! Deuxième chez lui, en République Tchèque, derrière Jan Barta (dans le chrono) et Zdenek Stybar (épreuve en ligne), son équipier chez OPQS, il a terminé vingt-neuvième du CLM des Mondiaux, dominés par Bradley Wiggins, et de la course en ligne, remportée par un autre de ses coéquipiers, en la personne du Polonais Michal Kwiatkowski. La Pologne, parlons-en justement. C’est là où Vakoc a explosé cette saison. Parti dans une échappée en solitaire, le Tchèque a su tenir jusqu’à l’arrivée, où il a triomphé (avec vingt et une secondes d’avance sur le peloton), s’emparant du même coup de la tunique de leader, qu’il ne cédera que lors de la deuxième et dernière étape de montagne.

On aurait pu aussi parler d’eux

6. Alexey Lutsenko (152e, 8 pts) – Kazakh, Astana ; 7. Bob Jungels (159e, 6 pts) – Luxembourgeois, Trek Factory Racing ; 8. Jasper Stuyven (165e, 6 pts) – Belge, Trek Factory Racing ; 9. Jay McCarthy (183e, 4 pts) – Australien, Tinkoff-Saxo ; 10. Jan Polanc (207e, 2 pts) – Slovène, Lampre-Merida.

Mais d’eux aussi (génération 1991)

Tim Wellens (25e, 204 pts) – Belge, Lotto-Belisol ; Wilco Kelderman (33e, 162 pts) – Hollandais, Belkin ; Warren Barguil (52e, 103 pts) – Français, Giant-Shimano ; Arnaud Demare (67e, 77 pts) – Français, FDJ.fr ; Moreno Hofland (130e, 12 pts) – Hollandais, Belkin ; Guillaume Van Keirsbulck (163e, 6 pts) – Belge, Omega Pharma-Quick Step ; Nikias Arndt (166e, 6 pts) – Allemand, Giant-Shimano ; Marco Haller (229e, 1 pt) – Autrichien, Katusha. Parmi eux, vous aurez sans doute reconnu le dernier vainqueur de l’Eneco Tour, le 7e du Giro 2014 (4e du Dauphiné), le 8e de l’ultime Vuelta (vainqueur l’an passé de deux étapes en Espagne), mais aussi, notamment, le champion de France en titre.

A lire aussi

> Les anciens épisodes des Jeunes pousses du sport : Alex Jany (frontenis), Martin Laveau (rugby à 7 & rugby à 15)

Nicolas Gréno. Crédits photos : pages Facebook officielles d’Omega Pharma-Quick Step, Europcar et Orica-GreenEdge, site officiel de la Cannondale.

Publicités

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There are 6 comments

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s