Dans la roue de Boris #4: « Je retiens surtout l’expérience accumulée »

Avec des résultats prometteurs en début de saison, dont une belle deuxième place au Grand Prix de Denain, Boris Vallée continue de prouver qu’il est un de ces jeunes coureurs belges à ne pas perdre de vue ces prochaines années. Désormais bien installé dans son rôle d’équipier de luxe pour ses sprinteurs, le Verviétois pourra davantage jouer sa carte personnelle sur le Tour de Wallonie.

Le jeune coureur de 22 ans a accepté de confier ses impressions à cultureSPORT pendant les cinq jours de ce Tour de Wallonie. A Thuin, lieu de l’arrivée de la dernière étape, l’heure était au bilan. Boris Vallée termine à la sixième position du classement général final. Globalement satisfait, il a fait le point avec nous sur ces cinq jours d’épreuve.

Boris Vallée (Lotto-Soudal) à l'arrivée de Thuin.

Boris Vallée (Lotto-Soudal) à l’arrivée de Thuin.

cultureSPORT: Aujourd’hui tu termines dixième de l’ultime étape. Une étape redoutable avec les quatre ascensions du Mur de Thuin.  Tu t’attendais à être aussi bien aujourd’hui?

Boris Vallée: Non car à la base je devais rouler pour Jurgen Roelandts. Donc toute la journée je l’ai protégé. C’est à deux tours de l’arrivée qu’il m’a dit qu’il n’était pas bien et qu’il avait mal au ventre. Il m’a dit qu’on roulerait pour moi. J’ai essayé de me replacer et Jurgen m’a bien repositionné. Cela m’a permis d’économiser des forces mais, malgré tout, j’ai aidé au début donc j’ai quand même perdu des forces. Au final je suis content car je conserve ma place au général.

Boris Vallée (Lotto-Soudal) au départ de Chimay.

Boris Vallée (Lotto-Soudal) au départ de Chimay.

cultureSPORT: Tu réalises tout de même un top 10 sur la dernière étape en plus de ton top 10 au classement général. Tu ne peux être que satisfait, non ?

Boris Vallée: Un top 10 d’étape pour moi ce n’est pas important. Je joue toujours la gagne, il n’y a que la première place qui compte sur des étapes. Il n’y a que sur les classiques où un top 10 est important, ici je ne vise que la victoire.

cultureSPORT: Tu retiens donc surtout l’expérience que tu as accumulée?

Boris Vallée: Oui c’est ça. Je me rappelle qu’à 18 ans j’avais fait une première fois ce Tour de Wallonie. J’étais à la ramasse tous les jours, j’avais vraiment du mal. Je visais surtout les échappées et lorsque je rentrais dans les délais j’étais déjà très heureux.  Je m’étais dit qu’un jour je claquerai une victoire ici. Je ne l’ai pas eu cette année mais je reviendrai l’année prochaine. De manière générale, c’est positif évidemment. Je suis juste un peu déçu car je pensais qu’on jouerai ma carte hier à l’arrivée de Quaregnon. J’espérais beaucoup de cette journée là. Finalement on a décidé de rouler pour Jurgen Roelandts donc j’ai travaillé pour lui.

cultureSPORT: Quelles courses vas-tu faire maintenant? Quelle est la suite de ton programme?

J’ai reçu ma sélection pour le Tour de Pologne, une course WorldTour. Je devrai surtout placer Kris Boeckmans et Jasper De Buyst pour les préparer au mieux pour la Vuelta. Moi je n’irai pas à la Vuelta par contre.

Boris Vallée et notre journaliste Laura Gilboux.

Boris Vallée et notre journaliste Laura Gilboux.

Laura Gilboux depuis Thuin. Crédits photos : Laura Gilboux/cultureSPORT

Publicités

There is one comment

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s